La France fragile face à la guerre des monnaies

le
0
CHRONIQUE - Le Japon repart à l'offensive pour faire baisser le yen, et l'euro est le premier à en faire les frais. Un handicap de plus pour nos exportateurs.

Il est des circonstances où les métaphores paraissent de mauvais goût. Parler aujourd'hui de «guerre des monnaies» n'en correspond pas moins à une réalité économique bien tangible. L'offensive a été lancée par le nouveau premier ministre du Japon. Shinzo Abe avait fait de la baisse du yen son thème de campagne afin de rendre l'économie plus compétitive. Investi par les électeurs, il a tiré la sonnette d'alarme à la veille de Noël: «Les banques centrales partout dans le monde font marcher la planche à billets pour soutenir leurs économies et accroître leurs exportations.» Tokyo considère désormais l'affaiblissement du yen comme sa priorité économique.

Les accusations de «guerre des monnaies» ne sont pas nouvelles. La paternité de l'expression revient à Guido Mantega, le fougueux ministre des Finan...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant