La France et le Rwanda tournent la page

le
0
Nicolas Sarkozy a reçu Paul Kagame pour la première fois depuis le génocide de 1994.

Surtout veiller à ce que les démons du passé ne viennent pas gâcher la réconciliation. Il fallait du doigté pour que la visite de Paul Kagame à Paris ne ranime pas les feux mal éteints entre la France et le Rwanda. Et du doigté, l'homme fort de Kigali, que l'on sait pourtant rigide, n'en a pas manqué lundi, en déjeunant avec Nicolas Sarkozy à l'Élysée. «Tous les sujets dont nous avons parlé ont été abordés dans le contexte de l'avenir, nous avançons vers l'avenir», a déclaré le président rwandais à l'issue de sa rencontre avec le chef de l'État. Surtout, l'ancien chef de guerre tutsi, qui a longtemps accusé la France de complicité dans le génocide de 1994, a mis la pédale douce sur un point crucial: ses demandes de pardon. «Des excuses ou pas d'excuses, je préfère laisser ces questions aux gens qui sont concernés. Je ne peux forcer personne. Je ne peux supplier personne», a-t-il dit lundi à l'AFP. Les propos d'un l'homme qui n'a pas varié dans ses c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant