«La France est un pays ami», déclare Talamoni avant d'être reçu à Matignon

le , mis à jour à 11:24
7
«La France est un pays ami», déclare Talamoni avant d'être reçu à Matignon
«La France est un pays ami», déclare Talamoni avant d'être reçu à Matignon

Manuel Valls reçoit à Matignon, ce lundi à 17h30, les élus corses Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni après leur succès aux régionales et trois semaines après les violences de Noël. Que vont-ils se dire ?

« Je crois à la force du dialogue, affirme ce lundi sur France Info Jean-Guy Talamoni, président nationaliste de l'Assemblée de Corse. Lors de sa première visite, monsieur Cazeneuve était très fermé. Puis on a discuté, et il a aujourd'hui une position beaucoup plus ouverte. (...) Même si la plupart des arbitrages sont faits à l’Élysée, il faut discuter avec l'ensemble du gouvernement ».

Sur un ton très apaisé, l'avocat bastiais a pourtant lâché une phrase choc : « La France est un pays ami ». L'élu évoquait la reconnaissance des langues régionales, dont le corse. « La France, pays ami, est en retard sur ces questions », a-t-il déclaré. Aussitôt repris sur cette formulation, il a précisé : « Oui, la France est un pays ami. Vous savez bien que je suis indépendantiste, ce ne sont pas du tout des propos agressifs ou provocateurs. Ce n'est pas une démarche anti-française, c'est une démarche pour être nous mêmes, ce que nous n'avons jamais cessé d'être, c'est-à-dire une Nation ». Talamoni se dit convaincu : « Un discours en langue corse ne choque plus personne sauf une prétendue élite à Paris ». Lors de son investiture au perchoir de l'Assemblée de Corse, le nouveau président avait parlé pendant dix minutes, exclusivement en corse, choquant une partie de la classe politique hexagonale.

« Oui, il existe un peuple corse » et « oui, il y a une Nation corse ». « Lorsque l'on parlera à Manuel Valls du peuple corse, de sa culture de son histoire, de sa volonté de construire son destin, il changera d'avis », a affirmé quelques instants plus tard, sur RMC et BFM TV, le président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, ni nationaliste ni indépendantiste mais autonomiste, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 il y a 11 mois

    Vas-y Talamoni, tu prendras mucius comme premier ministre. Il voit rouge tout le temps. Le rosé corse sans doute.

  • glitzy il y a 11 mois

    Je souhaite plein succès à une nation corse indépendante, débarrassée du lestage français et surtout des transferts fiscaux et sociaux représentant plus que 50% du "PIB" de cette belle île. Mais allez-y, bon Dieu !

  • dotcom1 il y a 11 mois

    Lss bons comptes font les bons amis.

  • M1765517 il y a 11 mois

    oui mais ils voudraient aussi garder la tva (presque réussi), bénéficier de la sécu, faire le plein des bateaux à Marseille (de préférence gratuit) etc etc lever un impot touriste tout en les empechant de venir, tout un programe !

  • M7097610 il y a 11 mois

    mais oui, ils sont sympa les corses. Heureusement qu'ils ont fait ce qu'il faut pour protéger leur littoral du béton ! je suis d'accord pour leur indépendance comme peut être 70 % des français mais les subventions, ce sera aussi fini...

  • jean-648 il y a 11 mois

    La France, pays ami ? ça y est il se prend déja pour un monarque corse.

  • bordo il y a 11 mois

    Indépendance et pas de pognon. "Pays ami" ! C'est intolérable. Ce sont des mafieux avec du sang sur les mains.