La France en tête des fraudes à la carte bancaire en Europe

le
5
L'étude relève toutefois que la France n'a subi qu'une légère augmentation de la fraude entre 2012 et 2013 (+1%) alors que le Royaume-Uni a vu le montant des pertes liées à la fraude bondir de 16%, pour atteindre
L'étude relève toutefois que la France n'a subi qu'une légère augmentation de la fraude entre 2012 et 2013 (+1%) alors que le Royaume-Uni a vu le montant des pertes liées à la fraude bondir de 16%, pour atteindre

(AFP) - La France affiche le plus haut taux de fraude à la carte bancaire en Europe même si c'est au Royaume-Uni que le montant des pertes liées à ces fraudes est le plus élevé, indique jeudi une étude de l'éditeur de logiciels financiers Fico.

Selon cette étude qui repose sur les données du cabinet Euromonitor pour 2013, le montant des fraudes a atteint 1,55 milliard d'euros dans les 19 pays européens passés en revue (incluant la Russie).

C'est en France que le taux de fraudes (montant des pertes liées à la fraude rapporté au volume total des transactions) est le plus élevé, suivi par la Grèce et le Royaume-Uni.

L'étude relève toutefois que la France n'a subi qu'une légère augmentation de la fraude entre 2012 et 2013 (+1%) alors que le Royaume-Uni a vu le montant des pertes liées à la fraude bondir de 16%, pour atteindre 450 millions de livres, le niveau le plus élevé depuis 2008.

"Après avoir été un précurseur au niveau mondial et européen des dispositifs antifraudes particulièrement efficaces comme la carte à puce et le code PIN, la France doit aujourd'hui lutter contre le vol d'identité qui représente 66% des pertes dues à la fraude en 2013", note Fico.

Le vol d'identité inclut à la fois l'utilisation frauduleuse de données personnelles et le piratage des comptes bancaires. Parmi les autres formes de fraude, l'étude tient compte notamment du vol ou de la perte de la carte et de la contrefaçon.

Selon les données diffusées début juillet par l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, le taux de fraude s'est élevé à 0,08% du montant des transactions effectuées en France pour un montant de pertes évalué à 469,9 millions d'euros.

Les pertes liées à la fraude au Royaume-Uni et en France représentent 62% du total des pertes des 19 pays européens étudiés par Fico, ce qui est largement dû à la plus forte utilisation des cartes bancaires dans ces deux pays.

Dix pays ont subi une augmentation de la fraude par rapport à 2012, avec de fortes augmentations en Norvège (+7,8%), en République Tchèque (+6,3%) et surtout en Russie (+28%).

Les neuf autres pays étudiés n'ont pas observé de fluctuation de la fraude et certains ont même vu leurs pertes diminuer (Espagne, Pays-Bas ou Allemagne).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • salaf67 le vendredi 8 aout 2014 à 11:03

    La mise sous tutelle généralisée de l'individu fait part belle au fraudeurs. A force de faire totale confiance à son ordi, iPhone, Tablette, Fablette et autre robitisation générale de l'humainon finit par devenir Alzheimer bien avant l'heure. Il est grand temps de lever les boucliers contre ce "progrès technique au service de l'em-merdement de l'humanité"

  • je.valle le vendredi 8 aout 2014 à 10:08

    Dans un pays comme le nôtre que risquent les fraudeurs ? Une amende de 10 € ? le laxisme est total depuis l'arrivée de la gauche........

  • a.nottr1 le vendredi 8 aout 2014 à 09:40

    C'est efficace jmclech !

  • jmclech le vendredi 8 aout 2014 à 09:02

    Naturellement AVANT de détruire son cryptogramme, il est nécessaire que le propriétaire de la carte l'ai appris par cœur (ou sauvé dans un faux numéro de téléphone inséré dans son répertoire, ou dans une liste de chiffres, ou ...). Il sera ainsi vraiment le seul à pouvoir y avoir accès.

  • jmclech le vendredi 8 aout 2014 à 08:58

    Sécurisons déjà notre carte bancaire en détruisant son cryptogramme (3derniers chiffres au dos) par grattage (pointe de compas, ciseaux, couteau...) rendant ainsi la CB totalement inutilisable en cas de perte, de vol ou de tentative de photocopie de ce code par un procédé frauduleux (dispositif chez commerçants véreux, DAB, station service, à l'étranger...)