La France en croissance zéro : Sapin reconnaît une «panne»

le
109
La France en croissance zéro : Sapin reconnaît une «panne»
La France en croissance zéro : Sapin reconnaît une «panne»

La France a connu au printemps un deuxième trimestre consécutif de stagnation économique, selon les chiffres de l'INSEE publiés ce jeudi, avec une croissance nulle du Produit intérieur brut en volume, comme au premier trimestre. Cette croissance zéro s'explique par un nouveau recul de l'investissement des entreprises (-0,8% par rapport au premier trimestre, qui avait déjà vu une baisse de 0,7%) et par le déficit du commerce extérieur, qui a coûté 0,1 point de PIB sur la période.

Seule la consommation des ménages (+0,5%) et la dépense publique (+0,5%) ont soutenu l'activité. Une progression de la demande privée en partie en trompe l'oeil : l'Insee explique que la consommation a surtout été soutenue par un bond de 3,5% des dépenses globales d'énergie, corrigeant un recul de 3,9% au premier trimestre. Il s'agit d'un retour à la normale après un hiver très doux, précise l'Institut.

Dans une tribune publiée ce jeudi par «Le Monde», Michel Sapin reconnaît la «panne» de croissance de la France et appelle à une réponse européenne, passant par la BCE et par une «adaptation» des règles budgétaires. Le ministre des Finances français prévient que la France n'atteindra que 0,5 % de croissance cette année, contre un objectif initial de 1 %, et ne croit pas pour 2015 à un chiffre «très supérieur à 1 %».

VIDEO. L'édito du Parisien. Hollande face à la croissance zéro

Déficit : l'objectif des 3 % en 2015 compromis

La faible croissance conjuguée à une inflation peu vigoureuse se traduira par un déficit public «supérieur à 4 % du Produit intérieur brut en 2014», indique encore le ministre, au lieu d'une prévision initiale de 3,8 %. L'objectif d'un respect en 2015 de la limite européenne de 3 % s'en trouverait de fait compromis. Mercredi, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, avait jugé inévitable d'abandonner cet objectif.

Rappelant que l'Europe toute entière est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • EuropeGa le vendredi 15 aout 2014 à 15:38

    Faire des réformes : oui. Mais la plus importante, et la plus rentable, c'est la sortie de l'euro.

  • M3366730 le vendredi 15 aout 2014 à 04:50

    Il semble que certains et certaines ne soient pas convaincus des réformes qu'il convient de faire pour le régime des fonctionnaires (déficit de 49 milliards en 2012, puis plus de chiffre depuis ?, le tout financé par les contribuables) et des régimes spéciaux (plusieurs dizaines de milliards par an) cf. http://www.senat.fr/rap/a13-159-5/a13-159-5_mono.html#toc108

  • CHAKHO le jeudi 14 aout 2014 à 20:11

    Le problème de la France c'est l'immobilier excessivement cher hertitage qui plombe l'économie et le pouvoir d'achat des ménages

  • M3366730 le jeudi 14 aout 2014 à 19:50

    A une époque j'entendais parler de sommité et là avec ce GvT, la gauche et Hollande en les évoquant on ne peut parler que de nullité comme la décroissance que nous vivons et en plus ils sont payés grassement !

  • M3366730 le jeudi 14 aout 2014 à 19:45

    Les bons économistes indiquent que la France ferait entre 60 et 100 milliards d'économies par an, non compris la remise en cause des régimes de retraite des fonctionnaires et régimes spéciaux ; il conviendrait également que soit remboursé par ces populations de retraités ce qui a été pris sur le fond de roulement de la CNAVTS et AGIRC/ARCCO (plusieurs dizaines de milliards).

  • M3366730 le jeudi 14 aout 2014 à 19:45

    Ce n'est pas en réformant les professions réglementées que l'on s'attaquera aux déficits mais en réformant l'état, les collectivités locale, régions, augmentation des cotisations salariales des fonctionnaires, des régimes spéciaux, des élus nationaux au titre de leur retraite (au moins 3% pour arriver à une équivalence en % avec le secteur privé) et en même temps une diminution en % de retraites de cette même population (fonctionnaires et régimes spéciaux), etc....

  • abacchia le jeudi 14 aout 2014 à 18:24

    Un pays composé d'un peuple qui ne peut plus croire en l'élévation sociale (et financière) par le travail ne peut pas produire de croissance ! Le matraquage fiscal immédiat de celles et ceux qui travaillent, innovent, entreprennent, suivi d'une incompétence notoire dans les domaines économiques expliquent en grande partie le rebond de nos voisins, et le naufrage de notre pays. Attendez vous à de nouveaux matraquages fiscaux à venir dés Septembre 2014, quels que soient le nom qu'on leur donnera !

  • M8252219 le jeudi 14 aout 2014 à 17:40

    le modèle social français est mort:FAIRE DES ÉCONOMIES:réduire de moitié le nombre des députés et plafonner leurs indemnités, avantages et leur retraites à 5 fois le SMIG. supprimer le sénat.retour aux 40 h hebdomadaires pour tous,la retraite à 65 ans pour tous;3 js de délais de carence en arrêt maladie pour tous.Obligation de formation pour être indemnisé au chômage.terminer la promotion à l'ancienneté.

  • sergela3 le jeudi 14 aout 2014 à 17:33

    Une petite pilule bleue lui ferait du bien pour sa panne!!ce clown n'a pas retenu les leçons du passé il était déjà là en 1981 pour le même résultat!!

  • nayara10 le jeudi 14 aout 2014 à 17:19

    Aller,on va mettre en place dès l'Automne quelques TAXOUNETTES ,un mixte ÉcoloSolidaires innovant dans la modernité Républicaine responsable.Vous suivez ....