La France doit créer son premier sanctuaire marin dans l'océan Austral

le
0
Sur les îles Kerguelen, en 2012.
Sur les îles Kerguelen, en 2012.

Tribune. Selon l’explorateur Jean-Louis Etienne, une extension de la Réserve marine des Terres australes françaises permettrait à la France d’atteindre ses objectifs de 20% du total des eaux françaises classées en « aire marine protégée ».

Nous vivons actuellement un moment historique. Un consensus entre les 25 membres de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) a été enfin trouvé pour la création du sanctuaire marin de la mer de Ross, après cinq ans de négociations. Un élan nouveau est en route. La France, qui s’enorgueillit de posséder le deuxième patrimoine maritime au monde, a une grande part de responsabilité dans la protection des océans. Aussi devrait-elle mettre à son agenda l’extension de la Réserve marine des Terres australes françaises jusqu’à la limite de sa zone économique exclusive (ZEE), ainsi que de bien plus vastes zones exemptes de pêche, comme en mer de Ross. Une mesure attendue qui placerait la France parmi les nations pionnières pour la protection de la biodiversité de l’océan mondial.

Kerguelen, Crozet, Saint-Paul, Amsterdam, ces îles du bout du monde font aujourd’hui partie du patrimoine national grâce à de valeureux marins qui les ont découvertes et défendues au prix d’une exceptionnelle audace. Tout au long du XIXe siècle, ces îles du sud de l’océan Indien ont été le théâtre de massacres sans répit de la faune marine (phoques, éléphants de mer, baleines) jusqu’à la limite de l’extinction. A partir des années 1950, la France y installera des bases permanentes occupées par des scientifiques qui, depuis des décennies, étudient avec passion cette faune d’une richesse unique au monde. Aujourd’hui, les populations d’albatros, de manc...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant