La France des campagnes face à "l'efficacité allemande"

le
0

Des agriculteurs alsaciens ont érigé, dimanche soir, des barrages le long de la frontière afin de contrôler les poids lourds remplis de produits alimentaires en provenance d'Allemagne. Le président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FFDSEA), Franck Sander, s'est réjoui lundi d'avoir « refoulé entre 200 et 300 camions qui transportaient des produits qui nous font des distorsions de concurrence ». Mais que reprochent les éleveurs et cultivateurs français à leurs rivaux allemands ? Comment expliquer leur plus grande efficacité ?

Face à la crise, ce secteur s'est douloureusement réformé et énormément concentré ces dernières années. En 1970, le pays abritait encore 1 146 900 fermes, alors que leur nombre ne dépasse plus 285 000 en 2013. La taille moyenne d'une exploitation est, ainsi, passée de 11,1 à 58,6 hectares en une quarantaine d'années. Chaque agriculteur allemand peut aujourd'hui nourrir 142 personnes avec le fruit de son labeur, contre à peine 10 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les 1 500 plus grosses fermes du pays cultivent une surface qui équivaut à la superficie totale de la région Champagne-Ardenne (2,5 millions d'hectares). Les 2 700 plus importantes porcheries allemandes abritent, quant à elles, plus de 11 millions d'animaux, et si tous les poulaillers comptent en moyenne au moins 10 000 poulets, les 200 plus grandes exploitations comprennent plus de 50 000 animaux chacune.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant