La France demande à Barroso de renoncer à Goldman Sachs

le
3
    * Harlem Désir juge scandaleuse la reconversion de Barroso 
    * L'ex-président doit conseiller Goldman Sachs face au 
Brexit 
    * La France demande un renforcement des règles européennes 
 
 (Avec informations complémentaires, contexte) 
    PARIS, 13 juillet (Reuters) - La France a demandé mercredi à 
l'ancien président de la Commission européenne José Manuel 
Barroso de renoncer à rejoindre la banque d'affaires américaine 
Goldman Sachs  GS.N , recrutement qui suscite un tollé dans 
l'Union européenne. 
    Cette embauche est "particulièrement scandaleuse, compte 
tenu notamment du rôle joué par cette banque dans la crise 
financière de 2008 mais aussi du trucage des comptes publics de 
la Grèce", a dit le secrétaire d'Etat français aux Affaires 
européennes, lors des questions d'actualité à l'Assemblée. 
    "Moralement, politiquement, déontologiquement, c'est une 
faute de la part de M. Barroso. C'est le pire service qu'un 
ancien président d'une institution européenne pouvait rendre au 
projet européen, à un moment de l'Histoire où il a au contraire 
besoin d'être soutenu, porté et renforcé", a-t-il poursuivi. 
    "M. Barroso fait aujourd'hui avec cette affaire le lit des 
anti-européens. Je l'appelle donc solennellement à renoncer", a 
ajouté Harlem Désir. 
    Goldman Sachs a annoncé le 15 juillet le recrutement de 
l'ex-président de la Commission européenne comme conseiller et 
président non-exécutif de ses activités internationales. 
    Cette embauche intervient alors que la banque doit se 
préparer aux conséquences de la sortie annoncée du Royaume-Uni 
de l'Union européenne. 
    José Manuel Barroso a présidé l'exécutif européen de 2004 à 
2014 après avoir été Premier ministre du Portugal en 2002-2004. 
    Goldman Sachs International a son siège à Londres, où sont 
basés moins d'un millier de ses 6.000 salariés. Comme d'autres 
banques d'investissement américaines, elle est considérée comme 
particulièrement vulnérable aux conséquences du Brexit. 
 
    "CONFLIT D'INTÉRÊTS"    
    Ses activités en Europe reposent en effet en grande partie 
sur le "passeport européen" qui lui permet d'offrir ses services 
dans tous les pays de l'Union dès lors qu'elle a obtenu une 
licence dans un seul d'entre eux. 
    Plusieurs banques basées à Londres ont averti que si la 
sortie du Royaume-Uni se soldait par la perte de ce "passeport", 
elles transfèreraient une partie de leurs effectifs ailleurs. 
    José Manuel Barroso est censé aider Goldman Sachs et ses 
clients à faire face à "un environnement économique et de marché 
difficile et incertain", ont expliqué les dirigeants de Goldman 
Sachs International Michael Sherwood et Richard Gnodde. 
    Pour la France, cette affaire soulève un "problème majeur de 
règles concernant les conflits d'intérêt" concernant les anciens 
membres de la Commission européenne, a dit Harlem Désir. 
    Il existe aujourd'hui un code de conduite applicable aux 
anciens commissaires européens jusqu'à 18 mois après la fin de 
leur mandat. Mais le cas Barroso montre qu'il est insuffisant, a 
estimé le dirigeant français. 
    La France demande donc à la Commission européenne de 
renforcer ces règles, en particulier pour que son président soit 
"au-dessus des pressions d'intérêts privés", a-t-il poursuivi.  
    "Il faut étendre la durée d'interdiction (...), élargir les 
incompatibilités et renforcer le contrôle", a expliqué Harlem 
Désir. "Il pourrait pour cela y avoir un organe indépendant au 
sein duquel seraient représentés le Parlement européen (....) et 
des juristes internationaux pour évaluer le risque de conflits 
d'intérêts" dans ce type de situations. 
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ANOSRA il y a 5 mois

    C'est sûr que Barroso va écouter Harlem Désir anciennement condamné pour emploi fictif !!!

  • abbayede il y a 5 mois

    C'est particulièrement scandaleux que Barroso participe de cette façon à la négociation du Brexit face à l'Union Européenne dont il connait tous les secrets. C'est tout simplement une trahison.

  • abbayede il y a 5 mois

    Certainement.Passé un certain niveau il est rare de trouver pire que soi.