La France considère toujours que Bachar al Assad doit partir

le , mis à jour à 19:49
10
LA FRANCE ESTIME QU'UNE TRANSITION EN SYRIE PASSE PAR LE DÉPART DE BACHAR AL ASSAD
LA FRANCE ESTIME QU'UNE TRANSITION EN SYRIE PASSE PAR LE DÉPART DE BACHAR AL ASSAD

NATIONS UNIES (Reuters) - La France n'a pas changé de position sur le règlement du conflit syrien et continue de considérer que toute solution politique doit écarter le président syrien Bachar al Assad, a déclaré lundi François Hollande.

Le président français, qui s'exprimait en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, a appelé la Russie, l'Iran, les pays voisins de la Syrie, les pays du Golfe, à "trouver une autre solution que Bachar al Assad".

"Nous devons tout faire pour qu'une transition politique puisse être trouvée en Syrie", a-t-il déclaré lors d'un point de presse à la suite du discours du président russe Vladimir Poutine.

"Cette transition, elle passe nécessairement par le départ de Bachar al Assad, rien n'a changé", a-t-il souligné.

Le chef du Kremlin a jugé lundi qu'écarter Bachar al Assad était une "énorme erreur" et a plaidé à la tribune de l'Onu pour l'adoption par le Conseil de sécurité de l'Onu d'une résolution appelant à l'instauration d'une coalition internationale contre l'Etat islamique.

Le président américain "Barack Obama a dit très clairement que l'avenir de la Syrie ne passait pas par Bachar Al Assad, cette position nous l'exprimons depuis, en ce qui me concerne, trois ans. Et je n'ai jamais varié là-dessus", a poursuivi François Hollande.

"Nous devons avec la Russie, avec l'Iran, avec les pays voisins, avec les pays du Golfe, trouver une autre solution que Bachar al Assad", a-t-il martelé. "Qu'il parte, ensuite nous verrons les étapes suivantes."

LES RUSSES DOIVENT EN TIRER LES CONSÉQUENCES

"Aucune initiative, d'où qu'elle vienne, ne pourra nous faire croire qu'il faudrait revenir au régime antérieur, celui qui a justement provoqué les drames que l'on sait, pour trouver un avenir à la Syrie."

"Je m'y refuse, d'autres puissances s'y refusent et à partir de là, nous devons en tirer, et notamment les Russes, les conséquences", a expliqué le président français.

Il a laissé entendre que la France pourrait user de son veto au Conseil de sécurité en l'absence de deux conditions.

"D'abord qu'il y ait une transition qui puisse s'ouvrir en Syrie et que cette transition écarte Bachar al Assad de la solution. Deuxième condition : que s'arrêtent les bombes", a-t-il dit.

"Le plan que je propose, c'est une action contre le terrorisme, contre Daech, qui puisse être organisée à partir justement d'un processus politique. C'est une aide massive aux pays voisins pour que les réfugiés puissent continuer à y être accueillis dans les meilleures conditions."

Au lendemain d'un premier raid de l'aviation française contre un camp d'entraînement de Daech en Syrie, François Hollande a affirmé que frapper l'Etat islamique n'était pas aider le régime syrien.

"C'est ce que voudrait entretenir comme illusion Bachar al Assad : laisser penser que si on est contre Daech, on est pour lui. Non. On est pour le peuple syrien et on doit faire en sorte que Daech puisse être combattu et pour atteindre cet objectif, le mieux est que Bachar al Assad s'en aille."

(John Irish, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9323787 le lundi 28 sept 2015 à 21:39

    La Syrie considère toujours que Molhar al Hôlland doit partir

  • mipolod le lundi 28 sept 2015 à 21:06

    .....De toutes façons, avec sa diplomatie hbituelle, il s'est mis hors-jeu tout seul. Pour sa reconstruction, le Moyen-Orient se passera de la France grâce à lui.

  • mipolod le lundi 28 sept 2015 à 21:04

    Ce mec était hilarant (fraise des bois) avant sont élection. Mais depuis, c'est la misère !!! Bachar al Assad est moins dangereux que flamb.y

  • mucius le lundi 28 sept 2015 à 20:28

    Le point de vue de la France exprimé par le président Hollande n'aura aucune incidence sur le dénouement de l'affaire syrienne. L'exprimer est complétement inutile. Qui va écouter un pays en déclin continu depuis des dizaines d'années.

  • lulune41 le lundi 28 sept 2015 à 20:15

    Lui et son ami le roi saoudien, grand démocrate !!, doivent partir et arrêter de semer la mort avec leurs armes sophistiquées, données aux djihadistes et à la coalition qui ouvre la voie à Daech, comme à Palmyre, quelle hypocrisie !

  • ref1929 le lundi 28 sept 2015 à 20:07

    tout comme elle concidere que tout mou doit partir... le fait il ?

  • M3182284 le lundi 28 sept 2015 à 20:02

    Il n'y a qu'un syrien qui reste mais le mou veut qu'il parte avec tous les autres.

  • abertoni le lundi 28 sept 2015 à 20:02

    Et 80% des français souhaite te voir aux oubliettes

  • aiki41 le lundi 28 sept 2015 à 19:43

    bien vu raymo154

  • aiki41 le lundi 28 sept 2015 à 19:43

    ...et mettre en place un président qui s'empressera d'imposer la charia à son peuple