La France condamnée à Strasbourg pour un suicide en prison

le
0
    STRASBOURG, 4 février (Reuters) - La France a été condamnée 
jeudi par la Cour européenne des droits de l'homme pour le 
suicide d'un détenu en 2008 dans la prison de 
Bordeaux-Gradignan, alors que l'administration pénitentiaire 
avait connaissance de ses tendances suicidaires. 
    Incarcéré pour la première fois de sa vie, ce jeune Turc de 
24 ans, détenu pour des faits de violence, de violation de 
domicile et de séjour irrégulier en France, s'était pendu avec 
les draps de sa cellule, douze jours après son arrivée, alors 
que ses deux codétenus étaient sortis prendre une douche. 
    Saisie par le père de la victime, la Cour de Strasbourg 
conclut à une violation du "droit à la vie". 
    "Les autorités ont manqué à leur obligation positive de 
protéger le droit à la vie du fils du requérant", dit-elle dans 
son arrêt, en accordant à ce dernier 20.000 euros au titre du 
dommage moral. 
    Les juges notent que la ronde organisée toutes les heures 
pour vérifier la situation du détenu n'était pas une mesure 
suffisante et qu'un contrôle médical aurait constitué une 
précaution minimale. La France n'a pas apporté la preuve que cet 
examen avait eu lieu. 
    Le dossier d'instruction faisait en revanche état d'une 
personnalité "fragile" éprouvant un sentiment de culpabilité, 
craignant l'incarcération et souffrant d'alcoolisme et de 
tendances suicidaires depuis l'enfance. 
 
 (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant