La France classe la branche armée du Hezbollah parmi les groupes terroristes

le
0
La France classe la branche armée du Hezbollah parmi les groupes terroristes
La France classe la branche armée du Hezbollah parmi les groupes terroristes

La France souhaite que la branche militaire du Hezbollah, un mouvement chiite libanais, soit inscrite sur la liste des groupes terroristes de l'Union européenne en raison de son soutien au régime de Damas. C'est ce qu'a annoncé mercredi soir le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius d'Amman (Jordanie), en marge d'une conférence des Amis du peuple syrien pour préparer une conférence de paix voulue par Washington et Moscou.

Jusqu'à présent, la France étaient réticente à prendre des mesures contre le Hezbollah, jugeant en particulier qu'une telle décision pourrait déstabiliser le Liban où ce mouvement joue un rôle politique clé, et de crainte de représailles à l'encontre de la Finul, la force des Nations unies au sud Liban, au sein de laquelle les militaires français, au nombre de 900, forment un des premiers contingents.

Mais «compte tenu des décisions qu'a prises le Hezbollah et le fait qu'il a combattu très durement la population syrienne, je confirme que la France proposera d'inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes» de l'UE, a déclaré Laurent Fabius à des journalistes. «Vous avez vu que le Hezbollah non seulement s'est engagé pleinement en Syrie mais qu'il a aussi revendiqué son engagement», a encore noté le ministre. Ce mercredi encore le Hezbollah libanais, épaulant l'armée de Bachar al-Assad, a lancé un assaut contre un village au nord de la ville de Qousseir encore aux mains des rebelles, selon des militants de l'opposition.

Le gouvernement libanais informé

«Comme il y a en plus d'autres éléments qui concernent ce qui c'est passé en Bulgarie et dans d'autres endroits, nous considérons que c'est un point qui devrait faire l'accord de l'ensemble des européens», a poursuivi Laurent Fabius. Il faisait allusion à l'attentat anti-israélien du 18 juillet 2012 à Bourgas, en Bulgarie, qui avait fait sept morts - cinq Israéliens, l'auteur...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant