La France cesse de perdre ses usines

le
2
Synutra dévoilait à Carhaix (Finistère) sa toute nouvelle usine de poudre de lait - la plus grande d'Europe - qui devrait faire travailler jusqu'à 350 personnes pour satisfaire la demande chinoise.
Synutra dévoilait à Carhaix (Finistère) sa toute nouvelle usine de poudre de lait - la plus grande d'Europe - qui devrait faire travailler jusqu'à 350 personnes pour satisfaire la demande chinoise.

Depuis six mois, les annonces d’ouverture de sites industriels dépassent les fermetures, mais les nouvelles usines emploient moins de personnel.

Pas de champagne, c’est interdit sur le site. Mais du jus d’orange, des petits fours, quelques discours et, bien sûr, un ruban à couper par monsieur le maire. Les dirigeants d’Amoéba ont invité 600 personnes et prévu une jolie fête, mardi 4 octobre, pour inaugurer leur première usine, à Chassieu (Rhône). « C’est la preuve qu’on peut partir d’un brevet lyonnais et arriver quatre ans et demi plus tard à un vrai site industriel », se félicite Fabrice Plasson, président et cofondateur d’Amoéba.

Après la phase du laboratoire puis celle du pilote industriel, la jeune société produira désormais sur place, à grande échelle, une amibe capable d’éliminer le risque bactérien dans l’eau. La première application, la lutte contre la légionelle dans les tours aéroréfrigérantes, représente un marché évalué à 1,7 milliard d’euros au niveau mondial. « Après Chassieu, nous allons ouvrir un site à Montréal et sans doute un deuxième en Europe », prévoit M. Plasson. En bourse, la start-up de 46 personnes vaut déjà 194 millions d’euros…

En France, il n’y a pas que de vieilles cathédrales industrielles menacées de fermeture. Au moment précis où les pouvoirs publics tentent de sauver l’usine Alstom de Belfort en mobilisant la SNCF, le décollage d’Amoéba montre que le tissu économique tricolore se régénère, malgré toutes les difficultés.

Une rupture avec les années précédentes Depuis six mois, les annonces d’ouverture de sites industriels dans l’Hexagone dépassent même les fermetures. C’est ce ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cambio17 il y a 2 mois

    Ah !!!!!!! Il y a entre 55 000 et 65 000 entreprises qui déposent le bilan en France tous les ans !!!!!!!

  • b.renie il y a 2 mois

    La France cesse de perdre ses usines. Tant mieux mais une hirondelle fait-elle le printemps ? On constate que le taux du un an est négatif et ne cesse de s'enfoncer ce qui indique une faible demande de crédit donc une activité économique anémique ce que confirme la balance commerciale déficitaire chaque mois de 4 à 5 Mds d'euros car il faut acheter trop de choses réclamées par les consommateurs qui ne sont PLUS produites chez nous.