La France appelle à une solution de compromis en Libye

le
0
    NEW YORK, 19 septembre (Reuters) - La France a estimé lundi 
contre que la saisie des terminaux pétroliers libyens par les 
forces du général Khalifa Haftar risquait de faire replonger la 
Libye dans le chaos, tout en souhaitant la formation d'un 
gouvernement d'union nationale plus inclusif à Tripoli. 
    Paris et les grandes capitales occidentales ont condamné la 
semaine dernière l'offensive des forces du général Haftar dans 
le croissant pétrolier, appelant celles-ci à s'en retirer et à 
en rendre le contrôle au gouvernement de Fayez Seraj, soutenu 
par la communauté internationale.   
    "La situation en Libye est inquiétante et se détériore", a 
déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault à 
des journalistes à New York. 
    Paris considère que les exportations de pétrole doivent se 
faire sous le contrôle de la compagnie nationale libyenne (NOC) 
et du gouvernement de Tripoli sous peine de voir le pays sombrer 
à nouveau dans la violence, a dit le ministre. 
    Mais la France estime aussi nécessaire que le gouvernement 
d'union, qui a refusé jusqu'à présent d'intégrer les forces de 
Khalifa Haftar en raison de ses liens passés avec le colonel 
Mouammar Kadhafi, se montre plus inclusif, a-t-il ajouté. 
    "Si la Libye va en arrière, cela risque de renforcer le 
terrorisme et l'Etat islamique", a insisté Jean-Marc Ayrault. 
 
 (John Irish; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant