La France annonce des renforts européens en Centrafrique

le
4
DES RENFORTS EUROPÉENS EN CENTRAFRIQUE
DES RENFORTS EUROPÉENS EN CENTRAFRIQUE

PARIS (Reuters) - Laurent Fabius a annoncé mardi que la France avait obtenu des renforts européens pour appuyer ses troupes au sol en Centrafrique, cette aide faisant toujours l'objet de discussions.

La Belgique et la Pologne auraient proposé leur appui, a-t-on appris de sources européennes.

"Je crois pouvoir vous affirmer, compte tenu des démarches qui ont été faites par la France, que nous aurons bientôt des troupes au sol qui seront apportées par nos collègues européens", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale, sans préciser quels étaient les pays concernés.

Laurent Fabius avait regretté dimanche que l'UE n'apporte pas "un concours plus solide" en Centrafrique.

Les annonces faites jusqu'à présent par la Pologne et la Belgique n'évoquent toutefois pas l'envoi de troupes au sol.

"La France a émis le souhait que ses partenaires européens puissent déployer prochainement des troupes en Centrafrique et des discussions sont encore en cours", a précisé le Quai d'Orsay à la suite de l'intervention de Laurent Fabius.

"Nous espérons que des décisions seront annoncées prochainement par les pays concernés", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré mardi que son pays était prêt à apporter "un soutien logistique aérien limité".

"Le président (François Hollande) m'a parlé à ce sujet. (...) Un avion de transport et un détachement militaire (chargé de l'appareil), c'est dans nos possibilités", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Les autorités belges ont pour leur part précisé vendredi dernier qu'elles fourniraient une aide logistique aérienne à la mission "Sangaris" avec un détachement de 35 hommes.

Une porte-parole du ministère belge de la Défense a précisé mardi que le soutien de la Belgique n'irait pas pour l'heure au-delà.

Les questions de défense domineront le Conseil européen prévu jeudi et vendredi à Bruxelles.

"Nous voulons qu'il sorte de ce Conseil européen des avancées pratiques identifiables, à la fois dans les domaines opérationnel, capacitaire et industriel", a dit mardi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à l'Assemblée.

Avec John Irish à Paris, Marcin Goclowski à Varsovie, Adrian Croft à Bruxelles, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MrCac40 le mardi 17 déc 2013 à 18:14

    Quel bourbier ????? (comme au mali) Arrêter de prédire le pire sans savoir, il y a une chose que notre président fait bien, c'est ca.Que ce soit financier (Cf aide USA par exemple), ou en troupe sur le sol. La France à du soutient, mais les futurs contrat, c'est la France qui les aura.

  • M931269 le mardi 17 déc 2013 à 18:08

    .....oups .....Avec 35 hommes et 1 appareil militaire aérien et son détachement ......nous voila bien aidé dans un pays immense ! la Belgique et la Pologne nous envoient un pseudo soutient .....il y a vraiment de quoi se rouler a terre ....si ce n'est que la situation est grave et que notre président n'a pris aucunes garanties ! du bel amateurisme en vue et pas de prise en charge financiére par l'Europe !

  • M931269 le mardi 17 déc 2013 à 18:03

    Avec 35 hommes et un détachement chargé d"1 appareil ch

  • lilian92 le mardi 17 déc 2013 à 17:45

    En fait personne ne veut aller dans ce bourbier! notre président y a sauté à pieds joints et après il appelle à l'aide...Il ne fallait pas partir seul ! c'est évident.