La France a rarement respecté les règles de Bruxelles

le
0
ANALYSE - Le traité de Maastricht impose aux pays européens de contenir leur déficit public en-dessous de 3 % du PIB. Mais la France a cette fois encore obtenu une dérogation de la part de Bruxelles.

Le déficit public ne doit pas dépasser les 3 % du PIB. Cette règle justifie toutes les hausses d'impôts et toutes les réformes depuis vingt ans. Elle détermine les politiques économiques des locataires de Bercy successifs. Et pourtant, en France, elle n'a que très peu été respectée depuis que l'Europe l'a inscrite dans le traité de Maastricht en 1992. A peine quelques années entre 1998 et 2002, puis entre 2005 et 2007.

Chirac, Sarkozy, Hollande... Tous avaient dans sur leur liste de promesses la ferme intention de faire rentrer la France dans les clous du pacte de stabilité. Et tous ont, à un moment ou un autre, négocié avec les autorités Bruxelloises pour y déroger. Ce qu'elle leur a toujours accordé. Mitterrand avait obtenu de la souplesse car l'Alle...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant