La France a du mal à dire "oui" au mariage homosexuel

le
2
LE MARIAGE HOMOSEXUEL DIVISE TOUJOURS LES FRANÇAIS
LE MARIAGE HOMOSEXUEL DIVISE TOUJOURS LES FRANÇAIS

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Le mariage homosexuel, promesse de campagne de François Hollande, devrait devenir une réalité en France l'an prochain mais n'a pas fini de diviser l'opinion ni de faire polémique à gauche comme à droite.

Déjà appliquée dans une douzaine de pays dans le monde, l'union civile entre deux personnes de même sexe suscite bien des remous dans l'Hexagone, où elle est encore loin d'être considérée comme un simple ajustement logique à l'évolution de la société.

Le projet de loi qui doit être présenté le 31 octobre en conseil des ministres mobilise contre lui presque toute la droite ainsi que l'église catholique et ne satisfait pas pleinement la communauté homosexuelle, qui dénonce un texte a minima.

La ligne définie par le Premier ministre, qui valide le mariage et l'adoption mais exclut la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes, ne fait pas non plus l'unanimité au sein du gouvernement, où elle a provoqué quelques "couacs" retentissants.

Face à l'orthodoxie défendue notamment par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, d'autres, comme la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, ont plaidé pour une conception élargie de la parentalité.

Jean-Marc Ayrault n'a pas vraiment sifflé la fin de la récréation en laissant entendre que le texte pourrait évoluer lors des débats au Parlement, qui devraient finalement débuter fin janvier, avec plus d'un mois de retard, l'objectif du gouvernement restant de faire voter la loi avant la fin du premier semestre 2013.

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, s'est d'ores et déjà déclaré favorable au dépôt d'un amendement au sujet de la PMA. D'autres amendements sont à attendre, concernant notamment le statut du beau-parent ou encore l'ouverture de l'adoption aux couples non mariés.

"AU MILIEU DU CHEMIN"

Ces amendements répondraient partiellement aux revendications formulées par l'Inter-LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans), principal interlocuteur du gouvernement, qui rappelle notamment que l'accès à la PMA avait été promis par François Hollande pendant sa course à l'Elysée.

"Ce projet de loi est une avancée mais par rapport aux discours entendus pendant la campagne présidentielle, aux attentes et à la réalité concrète de ce que vivent les familles homoparentales, je pense qu'on peut aller plus loin", dit à Reuters Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter-LGBT.

"Le symbole est fort mais on s'arrête un peu au milieu du chemin", ajoute-t-il, exprimant le souhait que le texte final autorise la PMA et qu'une réflexion plus large soit menée sur la filiation de manière générale et sur tout ce qui concerne l'autorité parentale.

"Ce doit être une loi qui consacre l'égalité entre les couples homos et hétéros et qui puisse moderniser le droit de la famille, qui n'a pas évolué depuis fort longtemps", dit-il.

Les opposants à une extension du mariage à tous les couples font valoir pour leur part que le mariage désigne strictement l'union d'un homme et d'une femme afin de fonder une famille.

Ils ne voient donc aucune raison d'aller plus loin que le "pacs", union civile à laquelle les homosexuels français ont droit depuis une loi adoptée sous le précédent gouvernement de gauche en 1999.

Même si quelques voix s'élèvent dans l'opposition pour l'approuver timidement, le projet du gouvernement actuel est largement condamné par la droite, dans la foulée de l'affrontement sur ce thème entre François Hollande et Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle.

Le maire apparenté UMP du VIIIe arrondissement de Paris, François Lebel, est allé le plus loin, provoquant la consternation jusque dans son propre camp en affirmant que la légalisation du mariage homosexuel pourrait ouvrir la voie à la polygamie, à l'inceste et à la pédophilie.

FRONDE DES MAIRES

Un mouvement conduit par des élus de droite s'est dessiné pour appeler les maires à invoquer un problème de conscience pour refuser de célébrer des unions entre personnes de même sexe.

La fronde des édiles a provoqué une réaction ferme du gouvernement par la voix de sa porte-parole, qui a affirmé que les maires ne pourraient pas ignorer la loi.

"Les maires sont tenus par cette obligation et si le projet de loi est adopté, si la loi existe demain, il leur faudra évidemment procéder à ces mariage comme à tous les autres", a dit Najat Vallaud-Belkacem.

Malgré tout ce chahut, le principe du mariage homosexuel recueille une approbation assez nette au sein de l'opinion, 61% des Français s'y déclarant favorables, selon un récent sondage Ifop pour Le Figaro.

L'opposition devrait donc faire preuve de prudence dans cette affaire, tout dérapage lui faisant courir le risque de passer pour rétrograde.

Quant au gouvernement socialiste, il lui reste à satisfaire l'espérance qu'il a soulevée au sein d'une communauté qui n'aspire à rien d'autre qu'à l'égalité de traitement avec la population hétérosexuelle.

"La cause homosexuelle est loin d'être gagnée," soupire Christophe, un fonctionnaire de 38 ans rencontré lors d'un récent débat sur la famille homoparentale à Nantes.

"Il y a encore beaucoup de combats à mener. On pensait qu'avec un gouvernement de gauche, on allait tout avoir."

avec Emile Picy, Julien Ponthus et Guillaume Frouin à Nantes, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le jeudi 18 oct 2012 à 16:56

    Anosra a bien raison... mais il n'est pas un citoyen "normal" lui... Cela étant il n'y a pas que les religions qui sont opposées au mariage entre même sexes ! le juge pour enfant ROZENCZWEIG, qui ne peut être taxé de réactionnaire ou de calotin est resolument contre cette loi en raison notamment de ses conséquences civiles. Voir son blog sur LeMOnde

  • ANOSRA le jeudi 18 oct 2012 à 16:12

    Dans les pays où le mariage homosexuel est pratiqué, il n'y a pas de Pacs, or la France a adopté le Pacs qui permettrait par simple extension des droits de différencier le mariage d'un couple homme/femme du Pacs homo ! Simple à expliquer aux enfants, et ainsi ça ne choquerait aucune des religions opposées à ce type de mariage!