La Française infectée par Ebola dans un état «stable»

le
0
La Française infectée par Ebola dans un état «stable»
La Française infectée par Ebola dans un état «stable»

L'infirmière de Médecins sans frontières contaminée au Liberia par le virus Ebola et transférée dans la nuit de jeudi à vendredi en France pour y être soignée, se trouve dans un état «stable», a annoncé mardi le président de MSF, Mego Terzian, sur France Inter.

«Sa situation est stable et les médecins font de leur mieux pour que sa situation soit améliorée», a affirmé le Dr Terzian, précisant que «oui» les médecins étaient optimistes sur l'évolution de son état.

D'autres «collègues» ont été infectés par Ebola

Interrogé sur le fait de savoir si la jeune femme bénéficiait d'un traitement expérimental à l'instar d'un médecin infecté et rapatrié cet été aux Etats-Unis où il a survécu, le président de MSF a refusé de répondre «pour des raisons de confidentialité médicale». A son retour en France, l'infirmière a été aussitôt hospitalisée à l'hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé (Val-de-Marne).

Elle y reçoit des traitements expérimentaux qui avaient débuté pendant son transfert, selon des informations fournies vendredi par la ministre de la Santé Marisol Touraine, qui n'a pas précisé la nature de ces traitements. Au total, «15 collègues» ont été infectés par Ebola, a ajouté le président de MSF sans plus de précision.

VIDEO. Ebola : «Il n'y aura pas d'épidémie massive en Europe»

Des prévisions inquiétantes

Ebola pourrait toucher jusqu'à 1,4 million de personnes au Liberia et en Sierra Leone d'ici janvier sans une réponse massive et immédiate, selon le dernier scénario le plus sombre des autorités sanitaires américaines mardi.

Les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont indiqué que le virus Ebola pourrait ainsi affecter entre 550000 et 1,4 million de personnes d'ici le 20 janvier au Liberia et en Sierra Leone, deux des trois pays les plus touchés. Toutefois, «ces chiffres ne reflètent pas encore la situation actuelle et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant