La fragile mosaïque des rebelles libyens

le
0
Les différents mouvements armés qui ont renversé le régime tiennent à défendre leurs prérogatives.

Les lendemains de la victoire sont parfois amers. Installés face à la Méditerranée dans les luxueuses villas du complexe balnéaire de Regatta, dans la banlieue ouest de Tripoli, les combattants rebelles de Zintan ont l'impression de s'être fait voler leur révolution.

«La priorité devrait être donnée aux jeunes qui ont combattu et se sont sacrifiés pour renverser le régime de Kadhafi», dit Ayman Madani. «Au lieu de ça, nous voyons à la télévision des personnalités âgées qui commencent à discuter de politique. Nous sommes reconnaissants au Conseil national de transition pour son action et le soutien international qu'il a obtenu, mais les jeunes doivent avoir leur place dans la nouvelle Libye.» Ce jeune chef rebelle est l'un des neveux du cheikh Mohammed al-Madani, figure charismatique du soulèvement du Djebel Nefousa, tombé au combat le 1er mai dernier. Son pick-up Toyota, le pare-brise encore étoilé des balles fatales, est garé devant le bungalow de son

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant