La fortune des millionnaires continue de prospèrer plus vite que la moyenne

le
0

INFOGRAPHIE - Selon le dernier rapport du Boston Consulting Group sur la richesse dans le monde, le nombre de millionnaires a augmenté de 6% en 2015. Ils détiennent 47% du patrimoine mondial.

La richesse dans le monde a encore progressé l'an dernier, mais à un rythme moins soutenu qu'en 2014 (5,2 % au lieu de 7,5 %), selon le dernier rapport du Boston Consulting Group. Le ralentissement de la croissance mondiale et la forte baisse des rendements des actifs financiers n'ont pas permis aux ménages de s'enrichir aussi vite que l'année précédente.

C'est dans les pays développés que le coup de frein est le plus marqué. Si les États-Unis demeurent le pays le plus riche du monde, le patrimoine (hors résidence principale) des habitants d'Amérique du Nord n'a par exemple augmenté que de 2 % en 2015, trois fois moins vite qu'un an plus tôt. Il dépasse désormais 60.000 milliards de dollars mais reste très concentré dans les mains des plus aisés: les millionnaires en détiennent 62%.

En Europe de l'Ouest, le ralentissement est plus modeste. La richesse des ménages a même finalement augmenté plus vite qu'outre-Atlantique en 2015. Elle s'est arrondie de 4 % en un an (contre 6 % en 2014), grâce à des marchés financiers assez cléments dans certains pays.

En dépit de sa faible croissance économique, la France a bien tiré son épingle du jeu. La richesse y a progressé de plus de 5 % l'an dernier, selon le BCG, un des taux les plus élevés du Vieux Continent. Si les détenteurs d'un patrimoine inférieur à 1 million de dollars n'ont en moyenne vu leurs actifs s'arrondir que de 2 %, ceux qui détiennent entre 1 et 20 millions ont vu le leur bondir de plus de 10 %. «Il est prévu que ce segment reste très dynamique cette année», indique Benoît Macé, directeur associé du Boston Consulting Group.

Malgré la baisse des cours du pétrole, des matières premières et la crise ukrainienne, l'Europe de l'Est s'est bien défendu, avec des actifs en hausse de 6 % l'an dernier. C'est quand même presque moitié moins qu'en 2014 (11%).

Mais, sans surprise, c'est en Asie-Pacifique que l'année a été la plus florissante. Le Japon est le seul pays où la richesse a progressé plus vite en 2015 qu'en 2014 (4 % au lieu de 3 %), grâce à la bonne tenue de la Bourse nipponne. Mais le reste de la région a été bien plus dynamique que l'Archipel, puisque le patrimoine des foyers y a bondi de 13 %, pour atteindre 37 000 milliards de dollars, grâce surtout à la hausse des revenus des individus, puisque les marchés financiers locaux n'ont guère été porteurs.

L'Europe reléguée à la troisième place en 2017?

À ce rythme, prédit le BCG, les cartes risquent d'être très vite rebattues. L'Europe pourrait perdre son statut de deuxième région la plus riche du monde dès 2017 et l'Amérique du Nord se voir ravir par l'Asie à son tour sa place de numéro un après 2020. À cette date, les millionnaires, qui détiennent aujourd'hui dans le monde 47 % des richesses, en posséderont plus de la moitié (52 % selon le BCG). Car leurs fortunes continuent de prospérer plus vite que la moyenne. C'est le segment des plus riches d'entre eux - ceux qui sont à la tête de plus de 100 millions de dollars - qui a vu son patrimoine s'envoler le plus vite l'an dernier, au rythme de 7 % en moyenne. Dans la région Asie-Pacifique, ces très grandes fortunes ont même enregistré une croissance de 21 % en un an. De plus, le cercle des millionnaires dans le monde continue de s'élargir. Leur nombre a augmenté de 6 % en un an, grâce notamment à la Chine et l'Inde, grands pourvoyeurs de nouvelles fortunes. Mais c'est toujours en Suisse et au Liechtenstein que se trouve la plus forte densité de millionnaires.

SERVICE: Economisez du temps et de l'argent sur vos transferts d’argent à l’international avec World First

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant