La footballeuse Laure Boulleau espère éviter une suspension

le
0
La footballeuse Laure Boulleau espère éviter une suspension
La footballeuse Laure Boulleau espère éviter une suspension

La footballeuse Laure Boulleau n'a pas tiré une croix sur la Coupe du monde féminine au Canada en juin prochain. Sous le coup d'une procédure pour avoir manqué trois contrôles antidopage en moins de 18 mois, l'arrière du PSG et des Bleues (52 sélections) a bon espoir d'éviter une suspension, qui peut aller jusqu'à deux ans selon les réglements de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

Entendue mardi dernier par la commission de contrôle dopage de la Fédération française (FFF), la joueuse de 28 ans attend la décision pour aujourd'hui ou demain au plus tard. « On a l'impression d'avoir été entendu par la commission, et on espère une décision juste qui ne la sanctionne pas, nous a confirmé son avocat Alexis Gramblat ce lundi soir au téléphone. Oui, elle a fait une erreur sur le 3e manquement au contrôle (Ndr: le 10 juin 2014) en oubliant de se localiser, mais elle était en Guyane avec l'équipe de France. L'avertissement n'avait pas lieu d'être. Elle n'était pas en train de se cacher pour se doper. Elle est de bonne foi, et ça devrait suffire pour ne pas la suspendre. »

Mais si la FFF ou l'AFLD, qui a le dernier mot, venaient finalement à la sanctionner, en ultime recours, le défenseur de la joueuse est prêt à plaider le vice de procédure sur ce dernier contrôle. Il aurait en effet été effectué par un préléveur qui n'avait pas la formation et la qualification de l'AFLD pour le faire. « On n'espère ne pas aller jusque-là, ce n'est pas le principal de notre argumentation, mais si on n'est pas entendu sur le fond, on fera valoir le vice de procédure », souligne Alexis Gramblat.

 

En attendant, Laure Boulleau continue de s'entraîner et de jouer. Dimanche, quatre jours après la révélation de l'affaire, elle a disputé plus d'une heure à Metz lors de la victoire (9-0) du PSG en championnat de Division 1 féminine. « Forcément, c'est dur de voir son nom mis en pature et associé à une affaire de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant