La Fondation du rein sensibilise l'opinion

le
0
Deux millions de Français ont une insuffisance rénale, mais le diagnostic est souvent tardif.

L'histoire de Michel Chevalet, le journaliste, pourrait encore se produire aujourd'hui. «Quand j'avais dix ans, raconte-t-il, je suis tombé malade. Je ne mangeais plus, je vomissais, j'étais tout gonflé mais personne ne s'est aperçu que je n'urinais plus. Je suis tombé dans le coma urémique. Heureusement, j'ai été hospitalisé à Trousseau et j'ai été un des premiers enfants à avoir une hémodialyse.»

Mais l'arrêt des urines (insuffisance rénale aiguë) n'est pas toujours le signe révélateur. Ainsi dans le cas du syndrome néphrotique, première cause de dialyse chez l'enfant, les reins continuent de fonctionner et de produire de l'urine mais ils n'éliminent plus assez de sel. L'enfant a les yeux bouffis le matin et des gonflements diffus, notamment des chevilles, dans la journée. Dès que le diagnostic est suspecté, la réalisation d'une bandelette urinaire suffit à po...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant