La folle semaine des télécoms

le
0
Interviews, tweet clash, petites phrases et annonces commerciales se sont succédés à un rythme effréné.

Le lancement de l'Internet mobile très haut débit a exacerbé les tensions dans le secteur des télécoms. La 4G devait permettre à Bouy­gues Telecom, SFR et Orange de remonter leurs marges laminées par l'arrivée de Free Mobile. Ces trois opérateurs ont dû s'aligner sur les tarifs de Free et ont lancé leurs propres services «low-costs». Avec la 4G, le jeu devait être tout autre. Les trois opérateurs ont mis plus de 3,5 milliards sur la table pour proposer à leurs clients un service qui devait notamment leur permettre de se différencier de Free.

C'était sans compter la réaction du «trublion des télécoms». Xavier Niel, le fondateur de Free, a commencé par expliquer que «les Français n'attendaient rien de la 4G», avant d'annoncer dans un tweet la «4G au prix de la 3G» quelques jours plus tard ; pour les opérateurs historiques, c'est un deuxième tsunami en mo...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant