La folle histoire de la taxe de l'EBE

le
0
Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve se sont fait refiler le vieux projet de taxe sur l'EBE maintes fois refoulé.
Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve se sont fait refiler le vieux projet de taxe sur l'EBE maintes fois refoulé.

Les ministres passent, Bercy reste. C'est la terrible fable de la taxe de l'excédent brut d'exploitation (EBE) qui aura été le cafouillage maître de la semaine... Cette taxe, retirée in extremis par Pierre Moscovici, traîne depuis de nombreuses années dans les cartons des technocrates de Bercy. À chaque ministre qui passe, les fonctionnaires présentent ce projet de taxe quand il s'agit d'aller chercher de l'argent. Bien entendu, les énarques qui la conçoivent n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise et se fichent éperdument des conséquences désastreuses d'une telle taxation qui vient peser sur l'investissement...Jérôme Cahuzac, du temps où il était au Budget, avait écarté, lors de l'élaboration de la loi de finances 2012, ce projet de taxe de l'EBE présenté par les services. Lui avait compris en quelques minutes... Le plat ne faisait que repasser puisque, selon divers témoignages, les services de Bercy avaient pareillement proposé de taxer l'EBE sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. "Quelques membres de cabinet ministériel m'en avaient parlé à plusieurs reprises entre 2007 et 2012 lorsqu'il s'agissait de trouver des recettes supplémentaires, notamment en remplacement de la suppression de la taxe professionnelle, témoigne ainsi le député UMP Jérôme Chartier. Cette taxe avait toujours été repoussée du fait de son impact sur l'économie réelle. Les socialistes à court d'idées de recettes se sont laissé refiler ce mistigri certes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant