La folie immobilière londonienne illustrée en cinq exemples

le
0

TOP 5 IMMOBILIER - Jardin nu à 1,6 million d’euros, villa rayée dans les beaux quartiers... les extravagances de la trépidante actualité immobilière londonienne ne manque pas. Voici notre sélection.

Au Figaro Immobilier, nous ne vous avons jamais caché notre intérêt pour l’immobilier londonien, qui est une vraie mine d’or. Transactions culminant à des prix astronomiques, biens atypiques à gogo, ou histoires rocambolesques... Les histoires sont variées. Pour cette fin d’année, nous vous avons recueillis les plus croustillantes et insolites. La sélection fut très rude... Mais il y a fort à parier que ce marché très singulier nous réserve encore son lot de surprises pour 2016!

• Un jardin nu vendu pour 1,6 million d’euros. Valorisé à peine 100.000 livres sterling par son propriétaire, la vente aux enchères de ce jardin d’environ•0 mètres carrés a déchaîné les passions. Il a finalement été vendu pour la modique somme de 1,2 million de livres sterling. Soit le prix de mise en vente de cet appartement parisien, situé dans le VIe arrondissement, carrefour de la Croix-Rouge. Ou encore - pour rester dans l’esprit londonien - quasiment le prix de ce studio de 30 mètres carrés situé dans le très chic quartier de Mayfair, à deux pas de la rue commerçante de Bond Street... Lire la suite de l’article ici...

• La villa rayée fait hurler les beaux quartiers de Londres. Une «vulgarité monstrueuse», une «incroyable horreur», «une attraction à touristes dont nous nous passerions très bien»: voici quelques-uns des qualificatifs qu’évoquent les voisins lorsqu’on leur parle de cette étrange villa à rayures flashy. Pour protester contre une autorisation de travaux qui lui est refusée, la propriétaire d’une villa londonienne à 20 millions d’euros l’a faite repeindre façon sucre d’orge. Au désespoir des voisins de ce quartier huppé. Lire la suite de l’article ici...

• Le Talkie Walkie élu «pire» gratte-ciel de l’année. Un véritable «voyou». Le Guardian ne mâche pas ses mots pour qualifier cette tour de verre située en plein Londres, qui a remporté le premier prix d’une compétition nommée la «Carbuncle Cup» qui pourrait être l’équivalent des «Gérard de l’architecture» en France. Cette tour de 160 mètres a également fait brûler des voitures et des devantures - à cause des reflets du soleil! - et provoque des rafales de vent dans les rues. Impardonnable. Lire la suite de l’article ici...

• D’anciens gazomètres transformés en logements. Après la célèbre centrale électrique de Battersea, d’anciens gazomètres vont être reconvertis en immeubles résidentiels à Londres. Ces réservoirs à gaz désaffectés, encerclés d’une structure métallique, font partie intégrante du paysage londonien, en particulier dans les quartiers du sud et de l’est. Or ces vestiges de la révolution industrielle sont en voie d’extinction. Un bel article de notre correspondant à Londres!

• Une résidence étudiante à 28.000 euros de loyer mensuel. Tout le monde ne goûte pas aux joies du premier studio étudiant dans une studette minuscule ou une chambre de bonne au septième étage! Certainement pas, en tous cas, ce jeune étudiant américain qui est venu s’installer à Londres pour y suivre des études dans la mode. Les montants des loyers sont astronomiques, et se situent entre 9000 livres sterling et 21.000 livres sterling... Ce qui équivaut, en euros, à un loyer situé entre 12.300 et 28.000 euros mensuels. Lire la suite de l’article ici...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant