La FNSEA veut des mesures d'urgence pour la crise du porc

le
2
LA FNSEA RÉCLAME DES MESURES D'URGENCE SUR LE DOSSIER DU PORC
LA FNSEA RÉCLAME DES MESURES D'URGENCE SUR LE DOSSIER DU PORC

PARIS (Reuters) - Le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), Xavier Beulin, a réclamé mercredi des mesures d'urgence, notamment européennes, sur le dossier du porc en France et mis en garde contre l'absence de cotation jeudi sur le marché de référence en Bretagne.

Les deux principaux industriels du secteur ont refusé lundi d'acheter les porcs bretons mis en vente sur le marché de Plérin, dans les Côtes d'Armor, qui fixe deux fois par semaine les prix de référence pour la France.

Le groupe coopératif Cooperl et Bigard/Socopa jugent intenable, face à la concurrence étrangère, le cours de 1,40 euro le kilo fixé en juin par un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricoles.

Un nouveau boycott jeudi de la part de ces deux acteurs serait "catastrophique", a estimé Xavier Beulin sur RTL. "On est dans une situation très compliquée"

"Il y a deux choses à faire aujourd'hui en urgence", a-t-il dit. "D'abord c'est faire en sorte que la Commission européenne et le conseil des ministres européens, sans attendre le 7 septembre, puissent prendre des mesures exceptionnelles de dégagement du marché pour soutenir quand même les cours".

La France a obtenu la tenue d'un conseil des ministres européens de l'Agriculture le 7 septembre pour évoquer les tensions sur les marchés des produits agricoles.

"Le 7 septembre c'est trop tard, c'est dans trois semaines, imaginez que d'ici là on n'ait pas eu de cotation, vous voyez la catastrophe en France ? Donc il faut aller très vite là dessus", a estimé le président de la FNSEA.

Le gouvernement français doit quant à lui prendre des "mesures d'urgence pour soutenir les quelques abatteurs qui aujourd'hui sont dans une situation très difficile", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est engagé mardi à "tout faire" pour qu'il y ait de nouveau une cotation jeudi à Plérin et exhorté tous les acteurs à faire preuve de responsabilité.

(Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le dimanche 23 aout 2015 à 12:39

    Je ne suis pas d'accord pour payer un centime de plus pour des secteurs déjà en surproduction. Ces gens doivent se diversifier.

  • M8129092 le mercredi 12 aout 2015 à 09:56

    lever les mesures anti-russes seraient déjà largement positives pour l'agriculture