La Fnaim voit les volumes chuter et les prix de l'immobilier fléchir

le
2
LA CHUTE DES VOLUMES DANS L'IMMOBILIER VA SE POURSUIVRE, SELON LA FNAIM
LA CHUTE DES VOLUMES DANS L'IMMOBILIER VA SE POURSUIVRE, SELON LA FNAIM

PARIS (Reuters) - Les transactions dans l'immobilier ancien pourraient encore chuter de près de 10% cette année après avoir dévissé d'environ 20% en 2012, selon les projections de la Fnaim qui confirment ainsi que le secteur de l'immobilier résidentiel pèsera encore sur l'activité et l'emploi en 2013.

Certes les prix continuent d'enregistrer "un glissement doux et régulier" selon les termes de la Fédération nationale de l'immobilier, qui estime qu'ils n'ont baissé que de 0,8% au quatrième trimestre 2012 par rapport à la même période de 2011, une moyenne recouvrant un recul de 1,5% en province mais une hausse de même ampleur en Ile-de France.

Les prix moyens ont amorcé une tendance à la baisse a toutefois reconnu le président de la Fnaim, Jean-François Buet, mardi lors d'une conférence de presse.

"La hausse des prix est définitivement derrière nous" avait déclaré la veille Laurent Vimont, le patron du réseau d'agences immobilière Century 21, filiale de Nexity.

Selon ce dernier, les prix de l'immobilier ancien ont reculé de 1,9% en 2012 pour se situer à 2.614 euros le m2 (3.484 euros pour les appartements et 2.608 euros pour les maisons).

La Fnaim, principale organisation professionnelle des agents immobiliers, s'attend au pire à une baisse de 2,0% des prix en moyenne cette année et à leur stabilisation dans le meilleur des cas.

Century 21 a dit s'attendre à un léger recul de 1% à 2% des prix l'année prochaine pouvant aller jusqu'à un décrochage de 5% à 15% en cas de hausse des taux d'intérêt.

AJUSTEMENT QUANTITATIF

Sur un marché caractérisé par une pénurie d'offre estimée entre 800.000 et 900.000 logements, les ajustements se font en effet plus par les quantités que par les prix d'autant que le faible niveau des taux d'intérêt soutient la solvabilité des acheteurs.

Le nombre de transactions dans le logement ancien s'est élevé à 655.000 l'année dernière contre 805.000 en 2011, soit un recul de 18,6%.

"C'est une chute extrêmement forte, plus importante que celle qui a suivi la crise des 'subprimes'", a relevé Jean-François Buet en référence à l'éclatement de la bulle immobilière sur le segment des acquéreurs les moins solvables aux Etats-Unis qui a été le déclencheur de la crise financière de 2008-2009.

Après un point haut à 829.000 transactions en 2005, le nombre de ventes de logements anciens avait chuté en France de 810.000 en 2007 à 673.000 en 2008 et 594.000 en 2009 pour revenir à 784.000 en 2010.

Le secteur s'est adapté à la contraction de l'activité l'année dernière, la Fnaim estimant à 10.000 le nombre de suppressions de postes sur un total de 80.000 dans les transactions immobilières tandis que 10% des agences immobilières ont cessé leur activité sur un total de 30.000.

En 2013, le volume des transactions devrait au mieux se stabiliser voir baisser encore pour tomber à 600.000, soit un recul de 8,5% par rapport à l'année dernière, selon la Fnaim. Century 21 anticipe pour sa part entre 550.000 et 600.000 opérations.

"Les agences devront réduire la voilure et certaines mettre la clé sous la porte même si on ne devrait pas retrouver les chiffres de 2012", a prévenu Jean-François Buet.

Il a toutefois souligné que la contraction de l'activité menace des dizaines de milliers d'emplois dans le bâtiment au titre de l'entretien et de la rénovation, et dans les services, agences immobilières et cabinets de gestion.

Les difficultés du secteur du logement ancien font écho à celle de la construction neuve où les mises en chantier affichaient un recul de 13,1% sur un an à fin novembre à 360.041 unités contre un objectif affiché par le gouvernement de 500.000 par an.

Marc Joanny, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le mardi 8 jan 2013 à 17:55

    normal plus personne ne va investir en France vu le blocage des loyers et la taxation à outrance

  • frk987 le mardi 8 jan 2013 à 17:55

    Avec la taxation des résidences secondaires, les lois pour les locataires le marché de la vente est en plein accroissement, la bulle va faire boum sous peu, et bientôt les ex-acheteurs, comme aux US se rendront compte qu'ils remboursent un bien qui vaut moins que leurs remboursements.