La Fnac dit avoir le soutien de 2 actionnaires clés de Darty

le
0

(Actualisé avec des précisions sur les synergies, contexte) PARIS, 25 octobre (Reuters) - Groupe Fnac FNAC.PA a annoncé dimanche avoir reçu le soutien de deux actionnaires clés de Darty DRTY.L , représentant près de 24% de son capital, à son projet d'offre sur le distributeur coté à Londres et a publié les conclusions d'un rapport chiffrant à 85 millions d'euros les synergies que ce rapprochement pourrait permettre de dégager. La Fnac avait dévoilé le 30 septembre son projet d'offre sur Darty et a, conformément à la réglementation boursière britannique, jusqu'à mercredi 17h00 (heure de Londres) pour soumettre une offre ferme ou renoncer à l'acquisition. ID:nL5N12011M Dans un communiqué, le distributeur français de biens culturels et d'électronique grand public dit avoir reçu un engagement irrévocable du fonds Knight Vinke Asset Management, premier actionnaire de Darty avec 14,34% du capital, et une lettre d'intention de soutien à l'opération de la part de DNCA Finance, qui possède 6,66% du capital de sa cible. Il ajoute que le rapprochement pourrait dégager des synergies avant impôts d'au moins 85 millions d'euros, sur la base d'un rapport du cabinet Ernst & Young qu'il avait mandaté pour analyser les bénéfices de l'opération. Près de la moitié des économies identifiées devraient provenir de synergies d'achat sur les segments des produits bruns, des produits gris et du petit électro-ménager, sur lesquels Fnac et Darty sont tous les deux présents, précise-t-il. L'autre moitié proviendrait de l'optimisation de la logistique et du transport, de l'intégration de certaines fonctions support au niveau des sièges au Royaume-Uni, en France et en Belgique, et d'économies sur les achats de prestations de services. "Ce montant de synergies (...) renforce la conviction de la Fnac que l'offre envisagée représente une opportunité de création de valeur unique pour les deux groupes et leurs actionnaires respectifs", souligne le groupe. Dans l'hypothèse d'une clôture de la transaction au plus tard en septembre 2016, 10% de ces synergies devraient être générés sur les derniers mois de l'année 2016, 60% en 2017, 95% en 2018 et 100% à partir de 2019, ajoute-t-il. Les coûts non-récurrents nécessaires à la mise en œuvre de ces synergies, incluant des investissements supplémentaires, sont estimés de leur côté à environ 65 millions d'euros. L'estimation des économies n'intègre pas les synergies de revenus qui pourraient être générées par le rapprochement, ni l'impact d'éventuels engagements qui pourraient être pris dans le cadre de l'examen de l'opération par les autorités de la concurrence française et belge. "UNE OPPORTUNITÉ INCONTESTABLE" La Fnac propose un échange de titres à raison d'une de ses actions pour 39 actions Darty, une parité qui valorise sa cible à 720 millions d'euros sur la base des cours de clôture à la veille de l'annonce du 30 septembre. Le Journal du Dimanche a rapporté dimanche que les discussions en cours sur une offre recommandée se heurtaient à l'hostilité du directeur général de Darty, dont la position est menacée, et à la volonté des administrateurs anglais d'obtenir un meilleur accord. ID:nL8N12P0G9 "La Fnac est convaincue que le rapprochement de la Fnac et Darty constitue une opportunité stratégique et financière incontestable pour les deux groupes en créant un leader français sur les marchés de l'électronique grand public, des produits éditoriaux et de l'électroménager, et encourage le conseil d'administration et les actionnaires de Darty à soutenir ses efforts pour aboutir à une offre recommandée", lit-on dans le communiqué de la Fnac. Le communiqué réaffirme que les deux enseignes, qui jouissent d'une forte notoriété en France, resteraient distinctes. La Fnac disposait à fin 2014 d'un réseau de 186 magasins (dont 114 en France) et employait plus de 14.500 personnes. Darty compte pour sa part 400 magasins en Europe, dont la majorité en France où il réalise 70% de son chiffre d'affaires, et emploie 10.700 personnes. Selon le JDD, la Fnac n'exclut pas de lancer une offre hostile sur sa cible dans l'éventualité d'un rejet de sa proposition. Artemis, holding de la famille Pinault contrôlant Kering PRTP.PA , reste le premier actionnaire de la Fnac avec 39% du capital depuis la scission de l'enseigne opérée par le groupe de luxe l'année dernière. (Véronique Tison pour le service français, avec Grégory Blachier et Pascale Denis)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant