La Fnac agite la Bourse grâce à de bons résultats et une nouvelle stratégie

le
1
La Fnac agite la Bourse grâce à de bons résultats et une nouvelle stratégie
La Fnac agite la Bourse grâce à de bons résultats et une nouvelle stratégie

C'est un petit miracle quand on se souvient des mauvais chiffres de 2012. Le titre du distributeur de produits culturels Groupe Fnac s'est envolé ce vendredi matin à la Bourse de Paris. A 10h10, la valeur avait pris 10,21% à 50,74 euros, alors que l'indice CAC 40 était presque stable. Loin d'être anecdotique, cette évolution du titre atteint son plus haut historique, valant plus de deux fois son cours d'introduction en Bourse en juin 2013 (à 22 euros). Le marché semble ainsi saluer des résultats bien meilleurs que prévu en 2014 pour le groupe, quasi en faillite il y a deux ans. Galvanisé par ces bons chiffres, le PDG Alexandre Bompard passe à la vitesse supérieure et plaide pour une ouverture dominicale systématique de ses magasins.

A la conquête du web. Si les librairies indépendantes se battent pour faire face à la Fnac, le groupe se démène lui-même contre un géant menaçant, Amazon. Alors que l'enseigne Virgin n'a pas résisté à la révolution numérique, celle d'Alexandre Bompard a tenté plusieurs changements pour survivre. D'abord, la Fnac s'est elle-même créé une plateforme de vente en ligne qui livre à domicile. En magasin, les vendeurs peuvent également commander un produit manquant via le site Internet et faire livrer directement au client.

De l'électroménager dans les rayons. L'enseigne de vente de biens culturels s'est ensuite diversifiée. En plus des produits high-tech et informatiques qu'elle commençait déjà à commercialiser, elle s'attaque désormais à l'électroménager, notamment les instruments de cuisine qui complètent l'important stock de livres de cuisine disponible en rayon. La papeterie, la téléphonie et les jeux sont également développés.

Des magasins de «proximité». Le groupe a par ailleurs choisi d'ouvrir de nouveaux magasins, à dimension plus humaine, dans des villes plus petites qu'à son habitude. Et ainsi s'imposer dans des secteurs où il était jusqu'alors totalement absent. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • prott1 le vendredi 27 fév 2015 à 14:28

    BRAVO et dire que la plupart des zinzins ne pense que à AMAZON, la boite qui n'a jamais fait de bénef. ...