La flexibilité, l'autre clef de la compétitivité

le
0
Gilles Benhamou, PDG d'Asteelflash, défend une «approche systémique de la question».

À la tête du groupe Asteelflash qui emploie 5700 salariés (dont 1200 en France) dans 23 usines en Europe, en Chine ou encore aux États-Unis, Gilles Benhamou apprécie: enfin, la France s'intéresse à l'industrie, à l'emploi et à la compétitivité. Pour cet industriel spécialisé dans la conception et la fabrication de composants et systèmes destinés aux industries de la communication, de l'aéronautique, du médical ou de l'automobile, mieux vaut tard que jamais.

«En France, on a tendance à s'occuper de la répartition des richesses avant même qu'elles ne soient constituées. Aujourd'hui, la contribution de l'industrie au PIB est de 12,6 %, contre 25 % en Allemagne. Si nous atteignions cela, nous connaîtrions le plein-emploi», rappelle-t-il. Pour ce faire, il plaide pour une stratégie globale qui éviterait les formules magiques. «L'innovation pour sauver la France, ce sont des ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant