La fiscalité sur le gazole et l'essence augmentera bien l'an prochain

le
2

VIDÉO - Contrairement aux promesses gouvernementales, les taxes sur l'essence ne baisseront pas et celles sur le gazole seront alourdies de 3,5 centimes au 1er janvier prochain. Seules les voitures roulant au SP95-E10 seront épargnées.

Les utilisateurs du gazole s'y attendaient. Mais ceux qui avaient cru pouvoir bénéficier d'une baisse des prix de l'essence l'an prochain vont être déçus. Contrairement aux annonces faites par le gouvernement après le scandale Volkswagen, la baisse de 1 centime de la taxation de l'essence promise l'an prochain ne s'appliquera pas à toutes les essences. Selon le projet de loi de finances rectificative, seul le SP95-E10, essence contenant au moins 10% de bioéthanol de première génération produit à partir de canne à sucre, de céréales et de betterave sucrière, sera concerné.

Un article du collectif budgétaire confirme la baisse de taxation de 1 centime par litre pour cet agrocarburant mais prévoit une hausse similaire pour les autres essences. La mesure n'a rien de surprenante: elle avait été annoncée dès septembre dernier dans le cadre du plan de soutien à la filière agricole qui cultive les matières premières nécessaires à la production de bioéthanol. Ce dispositif viendra s'ajouter aux modifications de la fiscalité de l'essence et du diesel déjà inscrites dans le budget de 2016. Il viendra aussi se greffer sur l'augmentation de la «taxe carbone», qui se traduira l'an prochain par un renchérissement des taxes pesant sur le gazole de 2 centimes, et de 1,7 centime pour l'essence.

Au final, l'addition de ces trois dispositifs entraînera une augmentation de 3,5 centimes de la fiscalité sur le gazole et de 2 centimes sur celle de l'essence à partir du 1er janvier 2016. Le SP95-E10 sera le seul à échapper au relèvement des taxes. Des chiffres confirmés ce matin par le ministre des Finances Michel Sapin sur BFM TV. «Pourquoi est-ce qu'il y a au total une augmentation? Il y a des votes qui sont intervenus il y a deux ans et qui ont prévu sur plusieurs années une augmentation de ce qu'on appelle la taxe carbone(...) On agit pas sur les carburants en pensant à un mois ou une année, il faut penser sur la durée. Il faut comprendre les enjeux sur le plus long terme, il faut consommer moins d'essence», a-t-il lancé.

46 millions d'euros de recettes supplémentaires

L'an prochain, ce sont donc seulement un tiers des automobilistes roulant à l'essence qui seront épargnés. Avec cet avantage fiscal, le gouvernement entend doper la consommation de cet agrocarburant, distribué par un peu plus de la moitié des stations-service et utilisable par tous les véhicules mis en circulation depuis 2000. Pour rappel, la loi de transition énergétique vise à porter la part de l'énergie produite à partir de sources renouvelables utilisée dans les transports en 2020 à 10% et à au moins 15% en 2030. «Pour l'essence, nous avons déjà atteint 6,11% en 2014 en énergie», expliquait récemment au Figaro Alain Jeanroy, directeur général de la Confédération générale des planteurs de betteraves.

Cet ajustement en faveur du SP95-E10 doit, selon Les Echos ,rapporter 46 millions de recettes fiscales supplémentaires, en plus des 245 millions d'euros dégagés par la modulation entre diesel et essence. La taxe carbone quant à elle doit rapporter 4 milliards en 2016. Cette fiscalité verte sera supportée aux deux tiers par les ménages et pour un tiers par les entreprises. Seul soulagement pour ces dernières: le gouvernement ne prévoit pas - pour l'instant- de revenir sur l'avantage en matière de TVA réservé aux flottes roulant au diesel. «On n'est pas en capacité juridique de revenir dessus, donc on ne reviendra pas dessus», a déclaré Michel Sapin.

Mais pour les entreprises comme pour les ménages, la situation ne va pas aller en s'améliorant. En 2017, un nouveau relèvement de la taxe carbone est déjà dans les tuyaux. L'alignement progressif de la fiscalité entre diesel et essence se poursuivra également, avec au programme une nouvelle hausse de 1 centime pour le gazole et une baisse similaire pour l'essence. «À partir de 2017, toutes les hausses sont compensées par des baisses, totalement et complètement», assure toutefois Michel Sapin.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mim69005 le vendredi 27 nov 2015 à 00:16

    Notre Va-t-en-Guerre 1er a encore plus besoin d'argent, donc il s'assoit sur sa "promesse" de ne pas augmenter les impôts et taxes. Je crois que le "bon peuple" qui avait embelli sa cote dans les derniers sondages devrait comprendre qu'il fait fausse route !!! Et que les 6 et 13 décembre devrait être un très, très fort signal pour 2017 !

  • fignar le jeudi 26 nov 2015 à 19:21

    Pas du tout ,il sont mal renseignés au Figaro ,mon vénéré Hollande 1er nous a promis que les impots n'augmenteraient plus .....Moi président ,on peut lui faire confiance.