La fiscalité française est un enfer, il est temps qu'elle accède au purgatoire

le
0
CHRONIQUE - Pour Jean-Pierre Robin, le contrôle des paradis fiscaux ne rendra pas l'enfer plus vivable.

Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas, selon une formule fameuse. On y est en tout cas, et la prophétie attribuée (à tort) à André Malraux s'avère assez juste. Jamais on a autant parlé de paradis et d'enfer que depuis que les humains communient dans la mondialisation, cette utopie de communauté universelle en voie de réalisation.

Les paradis fiscaux, ce sont les places souvent exotiques comme les îles Caïmans, où les taxes semblent bannies, la comptabilité opaque, et qui incarnent le dicton «pour vivre heureux vivons cachés». À l'inverse, la France est souvent considérée comme le prototype de l'enfer. L'Hexagone arrive régulièrement en tête des classements de la «misère fiscale», une notion que le magazine américain Forbes a popularisée: cela consiste tout simplement à additionner les taux des six prélèvements les plus significatifs (sur les r...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant