La fiscalité du patrimoine et des actions revient sur le tapis

le
5
Pour Emmanuel Macron, «la fiscalité actuelle du capital n'est pas optimale». (© E. Piermont / AFP)
Pour Emmanuel Macron, «la fiscalité actuelle du capital n'est pas optimale». (© E. Piermont / AFP)

L’entretien accordé par Emmanuel Macron à Risques, une revue destinée aux professionnels de l’assurance, fait le buzz. Dans cette publication éditée par la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), le ministre de l’Economie, de l’industrie et du numérique semble répondre aux questions qui lui sont posées, davantage en qualité de leader du mouvement politique (En Marche !) qu’il vient de créer.

La phrase-clé de cette très longue interview (20.000 caractères) concerne, bien entendu, l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) : «Je pense que la fiscalité actuelle du capital n’est pas optimale. Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer, par exemple, la taxation sur la succession aux impôts de type ISF.»

Dans ce même entretien, le ministre de l’Economie évoqué aussi l’exit tax, «qui conduit maintenant les jeunes à créer leur entreprise à l’étranger, dès l’origine (…) c’est un drame, l’énergie entrepreneuriale peut migrer ailleurs».

Valls allume un contre-feu

Emmanuel Macron y dénonce aussi la primauté accordée à l’obligataire : «Prenons l’exemple des retraites supplémentaires. Pour un jeune qui entre dans un système de régime de retraites supplémentaires, il n’est pas optimal de tout allouer à l’obligataire. Ce n’est pas la bonne allocation pour lui, et c’est sous-optimal en termes de

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 il y a 11 mois

    la et non le dette

  • pierry5 il y a 11 mois

    Ces projets ne peuvent être assortis que d'un profonde austérité, il n'est pas possible de faire une croix sur pas mal de recettes sans augmenter considérablement le dette qui flambe d'ailleurs en ce moment comme dans pas mal de pays. La dette c'est facile mais un jour il faudra bien la rembourser.

  • awsdf il y a 11 mois

    Deux approches socialistes différentes entre Valls et Macron. Valls préfère donner aux pauvres et Macron préfère traiter le problème en favorisant la création d'emploi par les entrepreneurs et investisseurs. Il serait temps que les socialistes reviennent a des principes qui marchent, ca pourrait les sauver de la débâcle, plutôt que de faire dans le populisme (qu'ils suppriment cette alliance contre nature avec le PC, parti d'extrême gauche).

  • awsdf il y a 11 mois

    La peur des actions chez les français est issue d'une absence de connaissance de l'économie. D'où aussi cette impossibilité de reformer et le niveau de chômage. Cette mentalité mène a préférer l'immobilier plutôt que l'investissement productif. Ne nous étonnons pas de la fuite des entrepreneurs. Macron se contente de regarder ce qui marche ailleurs, dans les pays anglo-saxon notamment. Nous on prétend trouver une autre voix. On a surtout trouvé le chômage et les impôts.

  • jackie il y a 11 mois

    j'ai l'impression qu'il va falloir faire avec Macron pour 2017, et je mets ma voix ........