La fiscalité des placements s'alignera sur celle des revenus

le
0
Copyrights here
Copyrights here

(lerevenu.com) - Le président de la République l'a annoncé, sur TF1, dimanche soir : la nécessité de réduire le déficit contraint le gouvernement, outre les coupes dans les dépenses publiques, à trouver 30 milliards d'euros, dont 20 milliards d'impôts supplémentaires, prélevés pour moitié sur les entreprises et moitié sur les ménages (10 milliards d'euros). Ces chiffres s'ajoutent aux 6 milliards de compléments d'impôts déjà votés en juillet dernier.

François Hollande a confirmé la création de la surtaxe de 75%, pour deux ans, sur les revenus du travail (salaires, primes, options, etc.), pour «chaque rémunération supérieure à 1 million d'euros». Le président a assuré que ce taux de 75% tiendrait compte de la CSG et de la CRDS, ce qui devrait ramener cette imposition à 67%.

Par ailleurs, le gel du barème de l'impôt sur le revenu sera bien maintenu. L'augmentation induite par cette non-indexation sur la hausse des prix sera toutefois atténuée pour les deux premières tranches.
Le président de la République a aussi confirmé la création d'une tranche supplémentaire (45%) d'imposition des revenus du travail dépassant 150 000 euros par an.

Enfin, François Hollande a réaffirmé sa volonté d'aligner la fiscalité du capital sur celle des revenus, mais sans indication précise. Par conséquent, les dividendes d'actions, les intérêts des obligations et les plus-values dégagées sur la cession de toute valeur mobilière, ne devraient plus bénéficier des mécanismes du prélèvement forfaitaire et du seuil de déclenchement de l'imposition. Ces revenus de l'épargne et ces plus-values de cessions seront soumis au barème de l'impôt sur le revenu (5,50,14, 30, 41 ou 45%), selon leur importance.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant