La fiscalité des investissements en bourse

le , mis à jour le
0

L'investissement en bourse prend une multitude de formes. Mais certaines sont plus avantageuses que d'autres sur le plan financier. Et pour les comprendre, il est important d'avoir quelques notions sur leur fiscalité.

fiscalité investissements en bourse
fiscalité investissements en bourse

Notions de fiscalité boursière : distinguer CTO et PEA

L'une des manières les plus courantes d'investir en bourse est d'avoir recours à un compte-titres ordinaire, ou CTO. Cette catégorie peut recenser actions, obligations, warrants, et pléthore d'autres formes.

Chacun de ces biens dispose d'une fiscalité spécifique. Par exemple, dans le cas des actions (qui reste l'investissement boursier le plus populaire), les dividendes sont soumis au barème de l'impôt sur le revenu ainsi qu'aux cotisations sociales (ces dernières sont prélevées à hauteur de 15,5%). Autre exemple : dans le cas d'une opération sur titre (OPA, OPE…), l'imposition est différée, et a lieu au moment de la revente des actions.

Cependant, les opérations par CTO ont toutes un point commun : l'éventuelle plus-value réalisée est imposée selon les mêmes règles. Il faut donc différencier cette fiscalité de celle qui s'applique sur les plans d'épargne en actions (PEA). Les revenus et plus-values qui en découlent sont exonérés de l'impôt sur le revenu.

Les dernières évolutions de la fiscalité boursière

En période de récession, la fiscalité des investissements évolue en permanence. Sauf exception, les changements prennent effet en fonction de l'année civile, c'est-à-dire au 1er janvier de chaque année. Le premier réflexe pour un investisseur en herbe est donc de savoir où en est la législation au moment où il achète.

Ainsi, 2014 a vu un relatif allègement des charges pesant sur l'investissement boursier. Le principal abattement que vous pouvez espérer reste encore la durée de détention. Celle-ci rend plus légère la facture, en fonction du temps durant lequel vous avez conservé le bien.

  • • Moins de deux ans : aucun abattement ;
  • • Entre 2 et 8 ans : abattement de 50% ;
  • • Au-delà de 8 ans : abattement de 65%.


Les dernières tendances visent davantage à lutter contre la sur spéculation, et cherchent plutôt à encourager l'investissement à long terme.

Quels sont donc les placements les plus intéressants ?

Les experts considèrent que la fiscalité interfère peu dans les bénéfices que peuvent percevoir les investisseurs, à condition que les valeurs aient été soigneusement choisies.

Le principe est de préférer un bien ou un mode d'achat qui soit à la hauteur de ce que vous recherchez. Ainsi, les bénéfices qui sont potentiellement les plus importants ou qui sont les plus rapides sont également ceux qui comportent davantage de risques. De ce fait, une bonne fiscalité est secondaire, et permet d'optimiser ses rendements, sans toutefois les révolutionner.

Trucs & Astuces

Les versements à destination d'un PEA sont plafonnés à 132 000 €. Un seul PEA peut être ouvert par personne, et 2 au maximum par foyer fiscal.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant