La fiscalité de moins en moins privilégiée des foncières

le
0

(lerevenu.com) - Petit à petit, le statut fiscal privilégié des foncières cotées se voit grignoté par le législateur. Depuis janvier dernier, les actions Unibail-Rodamco, Klépierre ou Gecina nouvellement acquises ne peuvent plus être logées dans les Plans d'épargne en actions (PEA). Elles n'échapperont pas non plus à la taxe de 3% qui frappera les distributions de dividende (en espèces), comme toutes les autres sociétés françaises cotées de plus de 1 milliard d'euros de capitalisation. Les dirigeants (et les actionnaires) de ces sociétés d'investissement immobilier cotées (SIIC) s'inquiètent de voir remis en cause, par cette taxe de 3%, leur statut fiscal particulier qui leur permettait de ne pas payer d'IS (impôt sur les sociétés), en contrepartie d'une distribution de 85% de leurs bénéfice net et de 50% des plus-values de cessions d'actifs immobiliers.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant