La « First Girl Friend » française intrigue

le
0
Le fait que la journaliste française Valérie Trierweiler ne soit pas mariée au nouveau président semble être accepté par les Américains comme une nouvelle fantaisie de Français.

Les Américains ont beau avoir un président qui reconnaît le droit des homosexuels à se marier, ils restent étonnamment conventionnels sur tout ce qui touche à la «famille présidentielle», et notamment sa première dame. Ils raffolent de Michelle Obama, qui assume, de l'avis général, avec brio sa mission de First Lady, conjuguant son rôle de «d'épouse et de mère de famille modèle» avec un engagement politique et social très remarqué. Mais cela ne les empêchera pas de suivre, avec une curiosité un peu émoustillée, les premiers pas de Valérie Trierweiler à Washington et Chicago, où elle accompagne François Hollande pour son baptême du feu international.

Pas de problème de protocole

Le fait que la journaliste française ne soit pas mariée au nouveau président fait rouler gentiment des yeux dans ce pays très chrétien, mais les Américains n'en semblent pas moins disposés à accepter cette nouvelle fantaisie de Français décidément très libres... Aprè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant