La Fiorentina sent bon la lavande

le
0
La Fiorentina sent bon la lavande
La Fiorentina sent bon la lavande

Il est porté dans les stades, sur les terrains le dimanche, dans la cour de recré, dans la rue. Le maillot de foot est le signe de ralliement de tout supporter. Et chaque maillot a son histoire. Cette semaine, celui de l'Associazione Calcio Fiorentina e Florentia Viola.

Secouée par des déboires financiers importants à la fin de la saison 2001-2002, la Fiorentina aurait bien pu mettre un point final à sa riche histoire. Fort heureusement, le club a finalement réussi à renaître de ses cendres, sous le nom de Florentia Viola, et à grimper à nouveau, un par un, les différents échelons du football italien. Aujourd'hui en Serie A, les hommes de Paulo Sousa font à nouveau parler d'eux et remettent à l'honneur leur mythique tunique violette. Quatrièmes de Serie A à trois reprises lors des trois dernières saisons, les Gigliati ont en plus disputé une demi-finale de Ligue Europa l'an passé. De quoi donner envie à des milliers de passionnés de se procurer un joli maillot violet.

Histoire d'un maillot


L'histoire du maillot de la Fiorentina, c'est avant tout l'histoire de deux clubs différents, fusionnés en un seul contre leur gré. Le premier des deux, le Club Sportivo Firenz, est fondé en 1870. Il est initialement intégralement consacré à la pratique du cyclisme, comme c'est le cas dans beaucoup d'associations sportives créées à cette époque. Ce n'est qu'en 1908 que ses dirigeants décident de créer en son sein une équipe de football. Depuis 1898, un autre club de football vivait à Florence, le Florence Football Club, mais il est dès sa fondation exclusivement réservé aux aristocrates. C'est donc bien en 1908 que les Florentins de tous horizons commencent à s'intéresser à la pratique du football et à ses spécificités.



Fondé en 1887, le Palestra Ginnastica Libertas est dans un premier temps voué à la pratique de la gymnastique. À l'instar du Club Sportivo Firenz, il va lui aussi monter une section consacrée au football en 1910. Très rapidement, les deux équipes deviennent de grandes rivales. Elles jouent au même endroit, au Prato del Quercione, où les terrains d'entraînement ne sont divisés que par de simples cordes. Après plusieurs incidents, les joueurs de la Libertas finissent par quitter ce terrain, pour le bien de tous, et trouvent refuge sur un terrain de la Via Bellini. La tension entre les deux clubs atteint alors son paroxysme et rien ne semble pouvoir réconcilier ces frères ennemis.…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant