La Finlande tire des grenades pour éloigner un sous-marin

le
1

(Ajoute déclarations, contexte) HELSINKI, 28 avril (Reuters) - La marine finlandaise a tiré mardi plusieurs charges anti-sous-marines au large d'Helsinki après avoir répéré une cible en profondeur, sans doute un submersible, dans un contexte de tensions militaires croissantes avec la Russie voisine. La cible a été détectée lundi puis à nouveau mardi matin, a déclaré la marine qui a ouvert une enquête sur l'incident. Le ministre de la Défense Carl Haglund a dit à la presse que le sous-marin présumé avait probablement quitté la zone après les tirs de grenades. Il n'a pas mentionné la Russie, avec laquelle la Finlande partage 1.340 kilomètres de frontière. "Nous soupçonnons fortement des activités sous-marines qui n'ont rien à faire dans cette zone. Le cas est évidemment sérieux dès qu'il s'agit d'une violation de nos eaux territoriales", a déclaré Carl Haglund à l'agence de presse STT. "Les grenades ne visaient pas à endommager la cible, mais à lui faire comprendre que nous l'avions repérée", a expliqué le contre-amiral Olavi Jantunen à la presse. L'an dernier, la Suède avait mobilisé de nombreux moyens après avoir détecté un sous-marin au large de Stockholm. Il y a quelques semaines, les pays nordiques - Suède, Norvège, Finlande, Danemark et Islande - ont publié une déclaration mentionnant directement le "défi" russe pour justifier un renforcement de leur coopération militaire. La Russie a jugé quant à elle très préoccupante la volonté affichée par la Finlande et la Suède de se rapprocher de l'Otan. (Jussi Rosendahl; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le jeudi 7 mai 2015 à 23:04

    Bravo les Finlandais, au moins ils se défendent. Nous en France, les manoeuvres Russes dans la Manche, on les regarde sans broncher, ça ne moufte pas, des dizaines de drones survolent nos centrales et pas un coup de feu pour en abattre un, nous sommes champions.