La Finlande et le Danemark abaissent leurs projections de PIB

le
1

HELSINKI/COPENHAGUE (Reuters) - Les gouvernements finlandais et danois ont réduit leurs prévisions de croissance mardi, la crise de la dette de la zone euro affectant les exportations de ces pays plus qu'initialement prévu.

La Finlande, l'un des six membres de la zone euro à bénéficier d'un "triple A", table désormais sur un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 2,6% cette année contre une prévision précédente de 3,5%.

Le Danemark, qui vient de se doter d'un gouvernement de centre-gauche, voit son PIB 2011 désormais en augmentation de 1,0% contre une estimation précédente de 1,1%.

Peu auparavant, à l'occasion de l'annonce d'une baisse de ses taux d'intérêt, la banque centrale suédoise avait au contraire relevé ses estimations pour 2011, anticipant désormais un taux de 4,6% contre 4,2% précédemment.

Pour 2012, la Riksbank a toutefois revu en baisse ses prévisions, voyant désormais un PIB en hausse de 1,3% contre 1,5% précédemment. Pour 2013, l'estimation est ramenée de 2,4% à 2,3%.

La Finlande a également baissé ses projections pour 2012 et 2013, à respectivement 0,4% et 1,7% contre respectivement 1,8% et 2,3% précédemment.

Le pays est très dépendant des exportations et certains économistes appartenant à des établissement privés n'excluent pas une récession l'année prochaine.

Le Danemark a ramené sa prévision de croissance 2012 de 1,3% à 1,0%, l'estimation pour 2013 étant un PIB en hausse de 1,4%.

Copenhague a par ailleurs revu à la hausse ses estimations de déficit budgétaire, qui devrait ressortir cette année à 4,0% du PIB, contre une prévision précédente de 3,8%. En 2012, ce déficit devrait être de 5,5% contre un ratio de 5,1% retenu précédemment.

"Les perspectives de croissance internationale se sont assombries au cours de l'automne. De ce fait, une baisse des recettes fiscales et une hausse des transferts des dépenses sont anticipées", déclare Bjarne Corydon, ministre des Finances danois, cité dans un communiqué.

Copenhague prévoit toutefois un déficit budgétaire de 2,6% du PIB pour 2013, ce qui mettrait le pays en conformité avec la limite européenne de 3%.

Bureau de Helsinki, Erik Matzen à Copenhague, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le mardi 20 déc 2011 à 14:36

    Le peuple sera toujours une dictature pour l'oppositioon. Cela signifie quoi ? Quel raport avec le sujet ?Faut-il réfléchir davantage devant une telle finesse d'esprit ?