La finance française s'inquiète du déclin de la place de Paris

le
10
INQUIÉTUDE DE LA FINANCE SUR LE DÉCLIN DE LA PLACE DE PARIS
INQUIÉTUDE DE LA FINANCE SUR LE DÉCLIN DE LA PLACE DE PARIS

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La communauté financière française a appelé jeudi les pouvoirs publics à mettre fin à la pression fiscale qui frappe le secteur et à abandonner le projet européen de taxe sur les transactions financières pour enrayer la marginalisation de la place de Paris face à Londres.

Alors que le gouvernement veut convaincre les banques françaises d'entrer au capital d'Euronext pour former un noyau dur d'actionnaires, banquiers et sociétés de gestion insistent sur la nécessité pour la France de redresser la compétitivité et l'attractivité de sa place financière.

Lors de la présentation de deux rapports de l'association Paris Europlace, Bruno Lafont, PDG de Lafarge, a ainsi rappelé que depuis 2010 la France était tombée de la cinquième à la huitième place au palmarès des grandes places financières mondiales.

Farouchement opposées au projet de taxe sur les transactions financières, les banques soulignent de leur côté qu'entre 2010 et 2012 le taux d'imposition du résultat comptable avant impôt des établissements bancaires est passé de 38% à 63%.

"Nous observons une marginalisation progressive de la place de Paris", a déclaré Séverin Cabannes, directeur général délégué de Société générale, auteur d'un des deux rapports de Paris Europlace sur la compétitivité de la place de Paris.

"Tendanciellement, depuis 10 ans, la part de marché de Paris, sur les introductions en Bourse qu'on pourrait citer, se réduit, alors que celle de Londres n'a fait que s'accroître sur cette période", a-t-il ajouté.

"TSUNAMI"

Le thème de la surfiscalisation du secteur financier, récurrent en France, et la menace d'une taxe financière européenne sont venus ces derniers mois parasiter les discussions autour de l'avenir d'Euronext, qui sortira cette année du périmètre du New York Stock Exchange.

"Pour guérir, il faut éviter de mourir", a quant à lui renchéri Yves Perrier, le directeur général d'Amundi, filiale de gestion du Crédit agricole et de Société générale. "La TTF (taxe sur les transactions financières, NDLR) serait un tsunami pour la place financière."

Pour redresser la compétitivité de la place financière de Paris, Paris Europlace prône notamment dans ses rapports, outre l'abandon du projet de TTF, une stabilisation du cadre réglementaire et fiscal auquel est assujetti le secteur financier.

L'association recommande également de favoriser le développement de certains segments de marché comme la titrisation et les placements privés, dans le contexte de la désintermédiation bancaire dans le financement des entreprises.

Pour sa part, Yves Perrier a aussi insisté sur la nécessité d'orienter davantage l'épargne des ménages français vers les marchés d'actions.

Selon Paris Europlace, à fin 2011, l'immobilier représentait encore 68% du patrimoine des ménages français, contre 32% pour l'épargne financière.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titide le jeudi 16 jan 2014 à 15:23

    ces grosses boites ne font plus travailler leur personnel mais uniquement leurs capitaux!!

  • titide le jeudi 16 jan 2014 à 15:22

    il faut taxer plus fort les opérations purement spéculatives notamment la VAD et tous les produits dérivés !!

  • M1310580 le jeudi 16 jan 2014 à 15:21

    Peut-être le président normal va t'il annoncer un petit quelque chose pour la finance avec création d'un comité de surveillance de la contre partie spécialement pour ça !

  • nebraska le jeudi 16 jan 2014 à 14:44

    Ces mouvements n'influent que de façon négative sur la bonne marche de ces sociétés, le dirigeant faisant plus attention à "contenter" les spéculateurs qu'à diriger sereinement la boite.

  • nebraska le jeudi 16 jan 2014 à 14:43

    Les AR sur les actions du cac ne le sont qu'à but spéculatif et non d'investissement à moyen ou long terme.

  • nebraska le jeudi 16 jan 2014 à 14:41

    On s'en fiche de la pression fiscale des places financières. De toute façon toutes ces boites du cac ne produisent plus du tout en France sauf cas exceptionnel et ce en raison du marché "de proximité".

  • JERIKAE2 le jeudi 16 jan 2014 à 14:18

    les politiciens vous haissent et vous taxeront a mort ;ils sont aux antipodes du monde reel

  • Math0606 le jeudi 16 jan 2014 à 14:13

    @o.top, ça n'a rien de spécifique à la place parisienne, les traders font ça sur toute la planète ...

  • o.top le jeudi 16 jan 2014 à 13:57

    fini la période des vaches grasses !

  • o.top le jeudi 16 jan 2014 à 13:57

    M.PERRIER quand on voit que les traders mettent à mal certains titres, magouillent les indices..... c'est pas demain que vous allez attirer du monde ! ce qui y viennent aujourd'hui le font en connaissance de cause et tradent comme "vous"