La fin pour la raffinerie Petroplus

le
0
Le tribunal de commerce de Rouen a rejeté les deux offres de reprise retenues pour la raffinerie de Petit-Couronne. Le licenciement collectif des 448 salariés va être enclenché après 18 mois d'espoir entretenu.

Cette fois, c'est la fin pour la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne dans la banlieue de Rouen. Le tribunal de commerce de Rouen a tranché mardi en fin de matinée. Les deux repreneurs encore en lice, le libyen Murzuq Oil et la société de droit panaméen NetOil, dirigée par l'homme d'affaires libano-américain Roger Tamraz, ont été écartés. La justice avait fixé ce mardi 16 avril comme date butoir pour l'arrêt définitif de la raffinerie si aucun repreneur n'était retenu. Pour les 448 salariés du site normand, la procédure de licenciement collectif, redoutée depuis près d'un an et demi, va être enclenchée. Le comité d'entreprise va être convoqué prochainement pour statuer sur un plan social, a indiqué l'avocat de l'intersyndicale.

La raffinerie, ap...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant