La fin du pétrole pas cher ?

le
3
Champ pétrolier en Irak.
Champ pétrolier en Irak.

Un Brexit et plouf ! Sitôt les résultats du référendum britannique connus, le cours du Brent a plongé : il s'est éloigné de la barre symbolique des 50 dollars, à 47,15 dollars. Il a, depuis, repris du poil de la bête, confortant la tendance qui se dessine depuis quelques mois. Une note de l'IFP-EN (Institut français du pétrole-Énergies nouvelles) analyse les raisons qui expliquent la remontée du cours du Brent, qui s'établit à 45 dollars le baril en moyenne au deuxième semestre 2016, en progression de 34 % par rapport au premier semestre (34 dollars le baril).

Trois facteurs l'expliquent : des perspectives économiques mondiales encourageantes, le recul du dollar et la baisse de production dans certains pays. C'est le cas du Nigeria, gangréné par la violence (les « vengeurs du Delta » sabotent les installations), et du Canada, après l'incendie monstre en Alberta qui a détruit nombre d'installations pétrolières.

À l'avenir, cette remontée des cours pourrait, au minimum, se conforter. Plusieurs éléments militent en ce sens. D'abord, après la chute brutale des cours depuis 2014, les pétroliers ont réduit leurs investissements. C'est, dans ce secteur, un effet mécanique : on gagne moins d'argent, donc on écoule les stocks : on pompe dans les champs déjà exploités et on arrête la recherche de nouveaux gisements. Conséquence, comme toujours : les puits « crachent » de moins en moins de brut (c'est un effet...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 5 mois

    Bonne nouvelle, sera jamais assez cher pour mes actions toto.

  • d.e.s.t. il y a 5 mois

    On ne sait pas quand , mais ça arrivera forcément, quand le peak oil toujours retardé sera atteint!

  • lambe127 il y a 5 mois

    tiens ,il ne parle pas de celui de l Iran .