La fin du marché haussier sur les actions ?

le , mis à jour le
23
L'ours et le taureau de la Bourse de Francfort, symbolisant la baisse et la hausse (©Eva K.)
L'ours et le taureau de la Bourse de Francfort, symbolisant la baisse et la hausse (©Eva K.)

Selon les analystes techniques d’UBS, Michael Riesner et Marc Müller, la hausse de volatilité constatée en 2015 n’était que le début d’une ascension « dramatique » des écarts de cours entre les actifs à prévoir pour les années à venir.

Depuis 1930, la volatilité de la Bourse américaine (indice Vix) augmente significativement à l’approche de la fin de la décennie. Le phénomène s’est toujours vérifié sauf deux fois en 1950 et 1970 où le pic de volatilité est survenu à la moitié de la décennie.   

L’indice des Bourses mondiales, le MSCI World, a fait un sommet en mai 2015 et de nombreux indices boursiers nationaux sont tombés dans un marché baissier (plus de 20% de repli sur le plus haut).

Les grands indices américains, SP 500, Dow Jones et Nasdaq, la Bourse japonaise, et les petites et moyennes valeurs européennes n’ont pas encore basculé dans une tendance baissière. En 2016, les experts d’UBS prévoient un basculement de ces marchés en tendance baissière qui pourrait durer jusqu’en 2017.

Un cycle de sept ans

Selon eux, le SP 500 est engagé dans une grande cinquième vague d’Elliott qui prolonge un cycle de sept ans. L’indice américain connait les derniers soubresauts de son quatrième plus long (82 mois) et cinquième plus fort (+220%) marché haussier depuis 1900.

Ils constatent une divergence majeure du SP 500 avec le secteur des

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot le lundi 11 jan 2016 à 08:37

    Les arbres n'ont pas grandi d'un poil depuis mi-2014, ils etaient aussi hauts en 2005, donc on ne peut pas dire qu'il y a une bulle non plus...

  • b.renie le lundi 11 jan 2016 à 06:55

    Les arbres ne grandissent jamais jusqu'au ciel.

  • PzKpfw le lundi 11 jan 2016 à 06:09

    Il y a encore des gens a la recherche de rendement dans un monde a taux zéro. Cela implique donc de prendre des risques élevés pour pas grand chose et d'acheter des actifs pourris. L’économie sous cet angle est simpleA oublier cette règle elementaire, ils y perdront leurs économies.C'est pourtant simple de juste préserver son capital en attendant des jours meilleurs.En attendant, tous ces pauvres bougres qui perdent leur chemise, ca fera de la conversation pour les aperos.

  • Alex282 le dimanche 10 jan 2016 à 17:26

    Analyse UBS ? Quand on voit leur analyse sur Air France ces derniers jours pas la peine de se prendre la tête sur leurs prévisions à moyen ou long terme !!

  • c.voyant le dimanche 10 jan 2016 à 16:09

    Ils font tout pour tenir jusque leurs retraites ensuite la fin du monde peut bien arrivée!

  • bearnhar le dimanche 10 jan 2016 à 10:00

    Le prix d'une bouteille de bon vin ne baisse jamais, mais là encore les Chinois et pas qu'eux, font flamber les prix.

  • bearnhar le dimanche 10 jan 2016 à 09:59

    Et investir dans les bonnes terres fertiles ? Les Chinois font des razzias, mais c'est vrai qu'eux et la moralité, ça fait deux. En tout cas, dans un avenir lointain il va y avoir des guerres pour les terres fertiles vu comment l'humanité dillapide ce patrimoine. Mais d'ici là, il s'en sera passé des choses...

  • bearnhar le dimanche 10 jan 2016 à 09:56

    Je ne suis investisseur dans rien, je me paie tout juste un petit appart.

  • ericlyon le dimanche 10 jan 2016 à 09:56

    Quel marché haussier ? N'oublions pas que le CAC a approché les 7000 points et que nous n'avons atteint que péniblement les 5200/5300 l'année dernière et qu'aujourd'hui nous sommes en dessous de 4500.

  • bordo le dimanche 10 jan 2016 à 09:55

    Preuve que nos amis journalistes ont un QI d'oursins... Et dans quelle classe d'actifs va-t-on investir lorsque les taux sont à ZÉRO ? Dans l'obligataire ou le monétaire ? Non. Dans les matières premières ? Non. Dans l'immobilier à Londres. Oui, mais peu liquide. Dans les actions ? Oui. Donc un petit mouvement de quelques jours ne présume en rien d'une tendance de fond.