La fin du cumul des mandats en 2014

le
0
Dans son discours de politique générale, Jean-Marc Ayrault a confirmé l'introduction d'une «part de proportionnelle» pour les législatives et la fin du cumul des mandats.

François Hollande en avait fait l'un de ses chevaux de bataille. Jean-Marc Ayrault a confirmé mardi toute une batterie de réformes institutionnelles et électorales. «Notre ambition est de promouvoir une République rénovée et de moderniser nos institutions», a-t-il expliqué.

Première réforme: l'introduction d'une «part de proportionnelle» dans le mode de scrutin des législatives. Cette mesure sera effective «pour la prochaine législature», c'est-à-dire en 2017. Pendant la campagne présidentielle, tous les candidats s'étaient prononcés dans ce sens, y compris Nicolas Sarkozy. Depuis l'élection, l'UMP n'a pas repris cette évolution à son compte: son secrétaire général, Jean-François Copé, et le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, n'ont jamais dissimulé leur opposition à cette mesure. La gauche n'envisage pas cependant de renouveler l'expérience des législatives de 1986, avec la mise en place de la proportionnelle intégrale par Franü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant