La fin des sanctions, "page en or" de l'histoire de l'Iran-Rohani

le , mis à jour à 15:44
0
 (Précisions, autres déclarations de Rohani, derniers paras) 
    DUBAI, 17 janvier (Reuters) - La levée des sanctions 
internationales contre Téhéran marque "une page en or" de 
l'histoire de l'Iran, a déclaré dimanche le président iranien 
Hassan Rohani, au lendemain de l'entrée en vigueur de l'accord 
nucléaire avec les grands puissances. 
    Après la confirmation du respect par l'Iran de ses 
engagements sur la réduction de son programme nucléaire, dans le 
cadre de l'accord conclu en juillet dernier, la levée des 
sanctions permet à la République islamique de sortir de 
plusieurs années d'isolement économique. 
    "L'accord nucléaire est une occasion que nous devons saisir 
pour développer le pays, améliorer le bien-être de la nation et 
assurer stabilité et sécurité dans la région", a déclaré Hassan 
Rohani, qui présentait au Parlement le projet de budget pour la 
prochaine année fiscale iranienne. 
    Alors que plusieurs milliards de dollars d'avoirs iraniens 
qui avaient été gelés vont être disponibles et que le pays 
s'apprête à accueillir de nombreux investisseurs, le président a 
évoqué un "tournant" pour les 80 millions d'Iraniens. 
    L'entrée en vigueur de l'accord, conjuguée avec le reflux 
des cours du pétrole, est la meilleure raison de couper "le 
cordon ombilical" avec l'or noir, a-t-il fait valoir. 
    Le baril de Brent a fini à moins de 29 dollars vendredi et 
pourrait encore baisser, l'Iran ayant prévu d'augmenter ses 
livraisons de brut une fois les sanctions levées. 
    Dans l'après-midi, lors d'une conférence de presse 
télévisée, le président iranien a cependant indiqué que la fin 
des sanctions ne signifiait pas le rétablissement complet des 
relations économiques entre son pays et les Etats-Unis. 
    L'accord conclu le 14 juillet dernier à Vienne sur le 
nucléaire iranien peut servir de "modèle" en vue du règlement 
des conflits dans la région, a-t-il ajouté. 
    Il a vivement critiqué l'attitude de l'Arabie saoudite, 
accusant Ryad d'être responsable des tensions avec l'Iran et 
appelant le royaume wahhabite à changer d'attitude. 
    Les tensions se sont accrues ces derniers mois entre Téhéran 
et Ryad, notamment en raison des conflits en Syrie et au Yémen. 
    L'Iran chiite soutient le gouvernement de Damas ainsi que 
les rebelles houthis au Yémen, alors que l'Arabie saoudite 
sunnite appuie l'opposition à Bachar al Assad et a mis en place 
une coalition arabe pour lutter contre l'insurrection au Yémen. 
    Lors de cette conférence de presse, Hassan Rohani a dit 
prévoir une croissance de 5% dès le prochain exercice débutant 
en mars, en promettant aux investisseurs une stabilité 
économique et politique.   
 
 (Bozorgmehr Sharafedin et Parisa Hafezi; Danielle Rouquié et 
Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant