La fin des quotas laitiers dans l'UE réjouit, et inquiète

le
0
LA FIN DES QUOTAS LAITIERS DANS L'UE, ENTRE OCCASION EN OR ET MENACE
LA FIN DES QUOTAS LAITIERS DANS L'UE, ENTRE OCCASION EN OR ET MENACE

LONDRES (Reuters) - La suppression des quotas laitiers dans l'Union européenne, effective depuis mercredi, provoque des réactions contrastées chez les producteurs européens, certains y voyant une occasion en or de s'étendre, d'autres une menace pour leur survie.

En Allemagne, premier producteur européen, et en Irlande, grand pays exportateur, les organisations agricoles saluent la levée de ces quotas instaurés en 1984, avec amende à la clé pour dépassement, afin de maîtriser une offre alors largement excédentaire.

L'association DBV a ainsi estimé que les producteurs laitiers allemands étaient enfin "libérés" des quotas. "La fin des quotas apporte davantage de liberté pour décider des quantités à produire en fonction du marché", dit-elle.

L'Irish Farmers Association (IFA) prédit quant à elle que la suppression des quotas permettra la création de 9.500 nouveaux emplois en Irlande, et procurera 1,3 milliard d'euros de revenus supplémentaires à l'exportation, selon une estimation haute.

L'Association laitière européenne, qui représente l'industrie de transformation des produits laitiers, s'est également félicitée d'une décision qui "allégera le fardeau administratif à tous les niveaux" et "renforcera la compétitivité de l'ensemble du secteur".

L'organisation européenne des producteurs de lait (EMB, European Milk Board), qui regroupe 14 pays et représente 100.000 producteurs selon son site, a en revanche organisé une "marche funèbre" devant le Parlement européen mardi à Bruxelles en prédisant un effondrement des prix "inévitable".

"La prochaine crise est en marche", a déclaré le président de l'EMB Romuald Schaber.

(Nigel Hunt; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant