La fin des peines plancher, un gage pour les magistrats

le
0
Christiane Taubira demande aux parquets de bien «individualiser les peines».

Cette loi-là, ils ne l'ont jamais aimée. Globalement, les magistrats de toutes tendances n'avaient pas apprécié cette idée de se voir imposer une forme d'«automaticité» dans leurs décisions. À quoi sert donc un juge s'il n'est plus à même de décider lui-même combien «vaut» tel ou tel délit, et si le mis en cause doit bénéficier d'une certaine clémence ou non? Aussi ont-ils montré, pour la plupart, une franche hostilité lorsque la loi sur les «peines plancher», destinée à instaurer une peine minimum applicable à tous les récidivistes, a été mise en œuvre... En demandant aux parquets de bien «individualiser les peines», Christiane Taubira envoie donc un signal vécu positivement par le monde judiciaire. Mais l'impact sur le terrain de cette décision reste difficile à mesurer.

Car, une fois le soufflé retombé, les magistrats ont fini par s'habituer à manier le principe des peines plancher et ses exceptions, avec une certaine dextérité même.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant