La fin des «effets» banque centrale ?

le
2
Le siège de la BCE, à Francfort. (© BCE)
Le siège de la BCE, à Francfort. (© BCE)

Une petite semaine de pause avant la réunion de la Banque centrale américaine. Le suspens autour du Fed est nettement moins important que pour la BCE. Après la publication des chiffres de l'emploi du mois de novembre, il est peu probable que la banque centrale ne décide pas une première hausse des taux directeurs. Les marchés futurs sur Fed Funds accordent une probabilité de hausse des taux à 79,1% ce matin. Certes, Mme Yellen a clairement indiqué qu'il n'y a pas unanimité pour ce premier mouvement, mais les jeux sont faits !

Etonnamment, après un peu d'hésitation, Wall Street a considéré cette hausse prochaine comme positive, un signal que la croissance américaine est solide. Le fait que la banque centrale communique sur une remontée très graduelle des taux directeurs est aussi rassurant.

En fait, les investisseurs vont devoir maintenant se focaliser sur un élément clef : la croissance. 2015 aura été l'année des banques centrales, 2016 sera celle de la croissance économique. Selon la réponse à cette question, les niveaux de la Bourse et des taux d'intérêt auront fortement évolué dans un an….

En 2015, les investisseurs auront trouvé dans les banques centrales un moteur exceptionnel.

Difficile de vendre l'obligataire si la BCE annonce une hausse de son «QE». De même, le discours accommodant du Fed malgré des signaux d'amélioration du marché du travail ne militaient pas pour une correction

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2286010 le lundi 7 déc 2015 à 19:02

    "...ses achats vont représenter 680 millions d'ici 2019 selon les estimations...". Il s'agit, bien évidemment de 680 milliards, mais lorsque l'on est journaliste économique au Revenu, trois zéros de plus ou de moins, ne comptent pas !!! Pour 679.32 milliards de différence, on ne va pas chipoter...

  • taz40 le lundi 7 déc 2015 à 18:19

    2015 l'année des GAP surtout et rien de positif au final