La fin de la fraude aux faux diplômes ?

le , mis à jour à 08:30
0
La fin de la fraude aux faux diplômes ?
La fin de la fraude aux faux diplômes ?

Enjoliver un peu son CV dans l'espoir de taper dans l'œil du recruteur ? La tentation est grande. Certains vont jusqu'à ajouter carrément un diplôme qu'ils n'ont jamais obtenu. Un mensonge impossible à empêcher... mais qu'on pourra bientôt démasquer facilement, et gratuitement, grâce à un système en ligne d'authentification nationale des diplômes.

Ce nouveau service public doit être annoncé aujourd'hui par la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, en visite à Londres au Salon européen du numérique éducatif. Il devrait être effectif fin 2016 et permettra aux recruteurs de vérifier sur un site officiel de l'Etat la liste des diplômes obtenus par une personne, avec son accord (elle devra lui fournir un code pour accéder à son espace personnel).

Aujourd'hui, quelques sociétés privées proposent déjà un service comparable, mais payant. Verifdiploma, par exemple, passe au crible « plus de 10 000 CV par an, dont 8 % comportent des informations inexactes », constate son président, Emmanuel Chomarat.

Et pour les originaux perdus...

A l'inverse, nombre d'honnêtes diplômés sont incapables de documenter leur bonne foi... puisqu'ils ont depuis longtemps perdu dans un carton la preuve de leur succès aux examens. « On enregistre 80 000 demandes de certificats de diplôme par an, de la part de personnes qui ont égaré l'original, informe-t-on dans l'entourage de Najat Vallaud-Belkacem. C'est une grosse perte de temps et cela coûte cher à l'administration. »

Qu'il s'agisse du brevet des collèges, du bac ou de n'importe quel titre reconnu par l'Etat (y compris ceux des universités, des grandes écoles ou les BTS), les élèves recevront désormais en même temps que leur parchemin une attestation numérique, qu'ils pourront conserver chez eux, sur leur boîte mail, ou télécharger à tout moment sur le site national avec un identifiant et un mot de passe. Une version numérique et 2.0, en somme, du bon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant