La fin de l'invasion des pubs à l'entrée des villes ?

le
6
La fin de l'invasion des pubs à l'entrée des villes ?
La fin de l'invasion des pubs à l'entrée des villes ?

Le couperet de la loi est tombé cette nuit à minuit et une seconde. Depuis aujourd'hui, les panneaux publicitaires qui envahissent l'entrée des villes doivent être déboulonnées. « L'Union de la publicité extérieure (UPE) décompte 600 000 de ces préenseignes désormais illégales. Dans les faits, elles sont probablement plus d'un million », précise Pierre-Jean Delahousse, de Paysages de France. L'association, qui assimile les publicités à une pollution visuelle, traque tout type d'affichage hors la loi.

Sont donc interdits dorénavant les panneaux qui indiquent les garages, stations-service, hôtels et restaurants à proximité (scellés au sol, de 1,5 m x 1 m). Ils bénéficiaient jusque-là d'une dérogation parce qu'ils étaient « utiles pour les personnes en déplacement ». Mais la grande distribution comme la restauration rapide ont su profiter de cette exception pour flécher leurs magasins simplement en apposant un pictogramme de pompe à essence. Pour ces pubs sauvages hors des villes, les fautifs encourent une amende de 7 500 €.

Mais les associations environnementales ne croient pas à la disparition soudaine de ces affiches et de leurs poteaux : « Les enseignes et afficheurs ont eu cinq ans pour se préparer, la loi qui prend effet aujourd'hui a été votée en 2010, pourtant rien n'a changé. Les supermarchés, par exemple, ont toujours bafoué la loi sans grand risque en plantant des dizaines de ces préenseignes quand seules quatre étaient autorisées, détaille Pierre-Jean Delahousse. Les afficheurs vont probablement traîner les pieds un maximum. Finalement, tout dépend de l'attitude des services de l'Etat. » Il attend des maires et des préfets chargés de faire respecter la loi qu'ils réclament immédiatement le démontage des supports publicitaires illicites.

Pas sûr que l'effet soit immédiat. « A force d'exceptions, les textes sont devenus incompréhensibles pour de nombreux élus, qui préfèrent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 11:26

    OK Bouchet1 et vous paierez les nouveaux chômeurs qui posent les panneaux.....mais uniquement vous...moi je suis contre mais bon....le réalisme économique est une autre affaire et je n'ai nulle envie de voir licencier les salariés de Decaux......

  • bouchet1 le lundi 13 juil 2015 à 10:57

    et si ils trainent des pieds... peut on les enlever nous meme .... et envoyer la facture au contrevenant????

  • bouchet1 le lundi 13 juil 2015 à 10:56

    et si on enlevait TOUS les panneaux publicitaires?

  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 10:44

    Mais vous me direz qu'avec les GPS ce que je viens d'écrire est une réflexion de has been !!!!

  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 10:42

    Par contre lorsque vous êtes un salarié itinérant, croyez moi que les panneaux "campanile" "ibis"...ont vraiment leur raison d'être......Ce genre d'hôtels toujours nichés au fin fond de nulle part, sans panneau c'est introuvable.

  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 10:40

    Cela me rappelle la fameuse loi sous Pompidou qui avait fait la une de la presse...hier c'était !!!, que les panneaux devaient être enlevés car ils perturbaient l'attention des automobilistes....on attend les décrets d'applications...ça ne fait que 44 ans !!!!